jeudi 3 mars 2016

20953: Montréal 2 Anaheim 3 (F)

La bande de crapule m'a fait mentir. C'était quand même un match amusant à regarder et ils ont tenu les Ducks, d'un certain sens. Entendre par là que sur le plan territorial, ils ont été capables de se promener en zone ennemie.

Mais les Ducks sont une équipe bizarre comme ça. Tout ce que je vois d'eux depuis quelques saisons raconte toujours la même histoire: les taux de possession de rondelle extrapolés des différentiels de tirs les peignent sous un jour parfaitement ordinaire, mais sitôt qu'on calcule les chances, oupelaille, c'est une autre histoire. Ça s'est terminé quelque chose comme 11-6 aux chances à forces égales en faveur des Ducks, 25-10 en comptant les unités spéciales.

J'écris "quelque chose comme" parce que, voyez-vous, les marqueurs officiels d'Anaheim ont une compréhension plutôt fantaisiste de l'identité et du nombre de joueurs adverses qui sont sur la glace à un moment donné du match. Concrètement, ça veut dire que le journal des présences de ce match est, du moins du côté du Canadien, truffé d'erreurs. La plus resplendissante reste une présence fantôme de Mark Barberio en 2e, qui a pour effet de transformer un désavantage numérique de 2 minutes du CH (de 10:03 à 8:03) en situation de forces égales. 5 tirs tentés, 2 chances de marquer passent ainsi du mauvais côté de la ligne.

Et c'est ce que j'ai retracé de plus flagrant, en plus des erreurs continuelles (Phillip Danault et Tomas Plekanec sont deux petits centres avec un numéro se terminant par 4; au moins McCarron mesure 6 pieds 6 pouces...).

Heureusement qu'on ne joue pas trop souvent à Anaheim.

  • Tant qu'à essayer des affaires, Michel essaye en grand. McCarron au centre d'Eller et Galchenyuk m'a pris de court, mais franchement, le résultat était impressionnant. Les prestations de Galchenyuk et Eller n'ont pas à nous surprendre, on les connaît. Mais McCarron n'était pas, mais pas du tout dépaysé. Je parlais de son petit jeu, de cette capacité qu'il a à simplement envoyer la rondelle au bon endroit sans fla-fla. Plus je le regarde aller, plus il m'apparaît évident que McCarron est largement supérieur à la moyenne des ours sur un point précis: il sait toujours où envoyer la rondelle. Ça se constate par le fait qu'encore et encore, on le voit arriver sur une rondelle libre pour la rediriger immédiatement à un endroit où un de ses coéquipiers est en train d'arriver. Ce qui est marquant, c'est qu'il réussit à faire ça sans forcer le jeu. C'est très impressionnant. On le comparait à Brian Boyle au camp d'entrainement. Je pense qu'on va devoir commencer à chercher d’autres comparaisons. Martin Hanzal? Faut voir; McCarron est une bestiole parfaitement unique. Ah oui: je pense que Therrien cherchait un peu à éviter la confrontation, mais McCarron a quand même passé plus de 40% du match contre Getzlaf.
  • Quand je dis qu'il y a quelque chose de louche dans la ventilation des données: tout ce que j'ai vu du trio de Pleks m'a laissé entendre que ça se passait bien. Mais les chances... Pourtant appuyés par Subban et Markov, mais confrontés à un des trios défensifs les plus efficaces de la ligue: Kesler, Silfberberg et Cogliano.
  • Danault a l'air moins fou entre Byron et Mitchell. À plein temps contre Rakell, McGinn et Perry, ils ont tenu au-delà de toute espérance, n'accordant pour ainsi dire rien à un des plus dangereux buteurs de la LNH. Pas sûr que ça tient comme ça tous les soirs, mais hier, ça marchait.
  • Bon, de la Rose s'est encore fait visser. Condon est en feu alors ça paraît moins, mais +1/-5 aux chances en 7 minutes... Matteau est pour ainsi dire comme Smith-Pelly, mais plus rapide: les défenseurs qui tentent de le frapper donnent l'impression de rencontrer un bloc de ciment, il gosse bien avec la rondelle, mais tout ça tourne souvent à vide. Andrighetto devait trouver le temps long. Patience, son tour va revenir.
  • Il n'y a pas tant à dire sur P.K. et le Général. Quand même, Markov a trouvé Galchenyuk deux fois avec une latérale de la mort™; Galchenyuk a manqué le but sur la première, mais pas la deuxième.
  • Pateryn et Emelin, principalement contre Kesler ou Perry, ont vraiment, vraiment très bien fait. Aucune chance de marquer accordée à forces égales, +18/-5 aux tirs vers le filet sur 6 mises en zone offensive contre 7 en zone défensive. Y'a deux semaines, on partait le rosaire lorsque ces deux-là sautaient sur la glace et maintenant ils nous la jouent duo défensif de choc? Je n'y comprends rien. Ils vont rester ensemble encore un moment, alors on verra contre L.A.
  • Je pense que Morgan Ellis a eu l'air suffisamment smatte et Barberio est meilleur que Bartley. Mais ils ont très peu joué, à peine 8 minutes réunis à forces égales. On peut se permettre de prendre son temps.








Aucun commentaire: