dimanche 28 février 2016

20926: Montréal 4 Toronto 1

Ce match marque un peu beaucoup le début de la prochaine saison. Weise et Fleischmann partis, Danault et McCarron s'amènent. Au moins, ça ne sera pas aussi sordide qu'en 2012: le CH a de jeunes joueurs à qui faire passer quelques tests et le noyau de l'équipe reste solide.

Mais ne vous énervez pas trop vite: les Leafs sont à l'agonie. Ça pourrait être un peu moins esthétique  la semaine prochaine... Lundi contre San Jose, mercredi contre Anaheim.

  • La saison à l'eau, Therrien ramène enfin Plekanec avec Pacioretty et Gallagher. Son meilleur trio tout au long de l'année, Therrien s'en sera quand même privé une dizaine de matchs alors que les chances de participer aux séries s'amenuisaient. Tout ça pour coller Galchenyuk à l'aile et DD avec Pacioretty. M'enfin. Les Leafs sont terriblement poches ces jours-ci, mais Pacioretty patine sur une jambe (une seule entrée en possession de rondelle contre une défensive si poreuse, c'est un signe). Je dis ça, mais il en a quand même collé deux. Blessé aux jambes peut-être, mais pas au poignet. On veut donner de la place aux jeunes (bonne idée), alors ces trois-là n'ont pas tant joué.
  • Galchenyuk, Eller et Andrighetto ont sorti un fort joli match dans l'ensemble. Mais s'ils ont fait jeu égal aux chances, le trio de Kadri les a vissés quelques fois dans leur zone. Ghetto a été particulièrement actif: une chance, 5 entrées de zone en possession de rondelle, 3 sorties de zone défensive orchestrées. On nous l'avait annoncé comme un petit joueur offensif. Marteau en échec-avant, impliqué en repli, il y a à son jeu un côté "200 pieds" que je n'attendais pas.
  • Danault a fait ses classes à Chicago en remplaçant Marcu Kruger, un spécialiste des mises en zone défensive. Rien pour le dépayser ici: 4 mises en zone offensive pour 10 en zone défensive, jeu égal aux chances et aux tirs. Ça aide toujours d'être épaulé par Paul Byron, qui trouve toujours le moyen de pousser la rondelle dans la prochaine zone (2 sorties contrôlées, 3 entrées en possession, 2 rondelles récupérées en échec-avant). On verra si ça tient contre de vraies équipes.
  • À entendre Michel Therrien, le gros McCarron est à Montréal jusqu'à la fin de la saison. Encore ici, on verra ce que ça donne contre de vraies équipes. Mais le fait est que sans l'appui de Markov et Subban, son trio a marqué un but, collé 3 chances et n'a rien donné en retour. On les a tenus loin de Kadri, mais sitôt qu'on lui laissait mettre la patte sur la 3e paire des Leafs, les choses déboulaient. Pas dur, à le regarder jouer, de comprendre ce qui énerve chez McCarron: il est toujours à côté de la rondelle. Entre ça et son "petit jeu", cette capacité à rediriger efficacement la rondelle en la faisant rebondir, sans perdre de temps à la contrôler, on a un joueur qui ne va pas que prendre qu'un rôle défensif. Je ne sais pas jusqu'où il va se rendre, mais ses trios vont marquer des buts à forces égales. On en tient un bon.
  • Subban et Markov avaient parfois l'air de s'emmerder. Collés à Kadri à mi-temps (un client toujours malcommode), tout ça a parfois eu l'air un peu brouillon. Mais la passe de Markov à Pacioretty, ohlàlà... Subban a surtout fait sentir sa présence en sortie de zone défensive: 9 sorties orchestrées.
  • Bartley et Barberio ont pris beaucoup de glace, mais on les a tenus loin du premier trio. Je suis dubitatif. Mais Bartley avait du temps hier soir, ce qui lui a permis de créer 5 sorties de zone (deuxième meilleur après Subban). Reste que ces deux défenseurs se ressemblent drôlement.
  • Emelin et Pateryn n'ont pas été protégés, ont joué contre un peu tout le monde, ont bien paru. On verra à quoi ça ressemble dans une semaine. Les jeunes attaquants vont rendre les choses intéressantes, mais les deux dernières paires de défenseurs vont rendre la fin de saison pénible. Accrochez-vous.





Aucun commentaire: