vendredi 27 février 2015

20910: Montréal 5 Columbus 2

Les Blue Jackets font tellement pitié... Dubinsky, un de leurs meilleurs joueurs, marque en début de match, trébuche sur Gilbert et sa soirée se termine là. C'est un peu à l'image de ce que cette équipe subit depuis le début de la saison.

Pour ce qui est du reste, le CH n'a pas eu besoin de forcer.

  • Le trio de Desharnais a su mettre les bouchées doubles. Beaucoup d'entrées de zone, quelques belles chances, surtout pour le centre: DD termine sa soirée à forces égales avec 3 chances de marquer, 8 entrées en possession de rondelle et 2 autres rondelles récupérées sur des rejets en fond de zone. Gros match. On lui collait pourtant Johansen, mais entre Hartnell (qui, malgré ses points, a beaucoup ralenti) et Wenneberg (terriblement vert), le centre #1 des Blue Jackets ne fournissait pas.
  • Mauvais match pour Pleks. C'était plus ou moins bon avec Eller et Galchenyuk, ce qui ne me surprend pas. C'est bien beau les expériences, mais Eller n'est pas un ailier et il n'est pas encore acclimaté à l'aile. Quant à Galchenyuk, il n'a *jamais* joué à droite et y est manifestement perdu. Ça n'a pas duré, Eller descendant avec De La Rose et Prust, Smith-Pelly prenant l'aile droite de Pleks et Galchenyuk. En un peu moins de 6 minutes, ce nouveau trio s'est fait complètement casser la figure (+0/-9 aux TVF). Et encore, j'ai au moins 2 tirs qui étaient presque des chances que le marqueur de Columbus n'a pas noté dans le "play by play". Pas super fiables, les données de cet aréna.
  • DLR, Prust et Smith-Pelly ont survécu, ce qui a permis de voir quel genre de joueur DSP est. Si Sekac est un transporteur de rondelle qui joue profond dans son territoire, excelle le long des bandes, mais devra apprendre à distribuer pour tirer pleinement profit de ses qualités, Smith-Pelly est, pour ainsi dire, l'exact inverse. Il ne transporte que peu la rondelle, se distingue surtout dans les enclaves, où ressortent ses qualités: sa grande force physique, il patine bas et il est toujours prêt à tirer. C'est aussi, me semble-t-il, un bon passeur. Mais moins il garde la rondelle longtemps, mieux c'est. En tout cas, on verra à l'usage, mais je doute qu'on ait ici, à court terme du moins, un joueur de minutes dures. Parenteau n'a pas à craindre pour sa place dans le top-6.
  • Weise et Bournival ont fort bien paru. Malhotra n'a pris que 2 des 12 mises en zone défensive du CH. Pour ceux qui ne s'en doutaient pas encore, c'est le signe ultime: pour Manny, la fin approche.
  • Markov et Subban ont été outrancièrement dominants. Au cours des 18 minutes jouées par ce tandem, le CH est entré 27 fois en zone ennemie (23 transports, 4 rejets), alors que les Jackets n'ont pu établir une présence en zone du CH que 13 fois (10 transports, 3 rejets).
  • Beaulieu et Gilbert ont parfois eu beaucoup de difficultés, notamment avec Pleks/Galchenyuk/Smith-Pelly. Leurs récentes performances sont encourageantes, mais ils forment un bon deuxième duo, mais sans plus.
  • Daigneault n'avait pas envie de voir Pateryn et Tinordi isolés contre les meilleurs éléments adverses et ces deux joueurs ont par conséquent passé un peu de temps séparé. Soit. Tinordi a depuis été renvoyé à Hamilton et on explique ses déboires par ses "prises de décisions". En un mot: y pense pas vite. Ça m'enrage de lire des choses comme ça. Le gars s'est fait geler 2 fois au mois de décembre en se battant contre des taupins dans la LAH, s'est fait ramasser une autre fois arrivé dans la LNH et, si on remonte jusqu'à sa première saison dans le junior ontarien, le gars a comme qui dirait mangé une couple de volées. Il ne s'ajuste pas à la vitesse de la LNH? Combien de commotions cérébrales un joueur peut-il encaisser entre l'âge de 18 et 22 ans sans que sa fameuse "prise de décisions" ne soit affectée? Ce qui est encore plus stupide dans le cas de Tinordi, c'est qu'il n'a pas d'affaire à se battre. Depuis Enrico Ciccone, à ma connaissance, il n'y a plus de défenseurs qui se battent régulièrement dans la LNH. C'est pourtant simple: avec 6 joueurs de cette position en uniforme, aucune équipe ne peut vraiment se permettre de perdre un joueur pour 5, 7 minutes d'un match. Mais encore: la job d'un défenseur repose notamment sur sa capacité à encaisser des coups, à se faire ramasser dans la bande pour protéger et dégager la rondelle. Par définition, un défenseur est donc surexposé aux commotions. Et on en rajoute en laissant un jeune, prometteur qui plus est, manger des volées contre les taupins adverses? Je ne comprendrai jamais. C'est, au moins, le bon côté du fameux "full-face" qu'on lui fait porter ces jours-ci, ça l'empêche de manger une autre volée.





Aucun commentaire: