vendredi 2 janvier 2015

20559: Montréal 4 New Jersey 2

Ok, on fait ça vite. C'était un peu à l'ancienne, avec Sweet Lou Lamoriello qui jouait les confrontations de trios. Pas toujours facile à gérer.
  • Galchenyuk poursuit son apprentissage. J'attends avec impatience qu'on se mette à le laisser prendre les mises en zone défensive de son trio. Ça va attendre encore un peu, mais les quelques fois où il y est contraint, il me semble très à l'aise. 3 trios qui n'ont pas besoin de protection territoriale, imaginez... Semble qu'on a enfin réalisé que le job de Pacioretty sur le PP, c'est d'attaquer la boîte du flanc ou du haut de l'enclave, et non de distribuer la rondelle à partir du coin. Alléluia.
  • Globalement, Pleks a eu quelques misères contre le trio de Henrique. Desharnais semblait par contre beaucoup plus à l'aise à son poste d'ailier et Parenteau, avant de se faire assommer, commençait à savoir s'offrir en cible dans l'enclave lorsque Pleks et DD commençaient à s'échanger la rondelle le long de la bande. Si PAP est hors circuit pour un moment (l'avait les yeux croches...), ça ouvre la porte à un jeune.
  • Le trio d'Eller est présentement le plus constant. S'il n'a pas le potentiel offensif des deux premiers, c'est aussi un groupe d'attaquant qui ne commet pour ainsi dire pas de cassures défensives. On peut leur faire manger beaucoup de minutes à forces égales.
  • Belle soirée sur la feuille de pointage pour Bournival et les siens, mais sur le détail, Lamoriello leur envoyait Jagr dès que possible et les petiots paniquaient instantanément. Un work in progress, encore une fois. L'idée, c'est de rester patient. Deux buts, dont un totalement chanceux, c'est bon pour une chose bien précise: ça donne du temps de glace à Bournival et ses sbires. Malhotra va se pointer si PAP est blessé pour boucher le trou, mais autrement, m'est avis que comme Allen et Weaver, on ne le reverra pas beaucoup. Tel est parfois le triste sort des vétérans qu'on engage pour s'assurer que les jeunes ne montent que lorsqu'ils sont prêts à voler le job d'un joueur qui connaît le tabac.
  • Parfois diffus pour Subban et Markov, mais que voulez-vous qu'on y fasse...
  • Beaulieu avance à pas de géants sur un point précis: il prend de plus en plus le contrôle de son mur. J'entends par là la portion de bande qui par du haut des cercles jusqu'à l'arrière du filet. Lorsque l'adversaire se pointe, ce morceau-là, c'est à lui de le défendre. Et de plus en plus, on le voit y récupérer des rondelles et les remettre à un joueur prêt à la recevoir. Ça semble simple, mais ça ne l'est pas. La vitesse d'exécution qu'il démontre dans ces situations est encourageante. Mais plus encore, c'est de voir son style propre émerger, un peu semblable à celui de Markov en ce qu'il se fie en premier lieu à son bâton et non à des mises en échec, méthode plus traditionnelle, notamment pour les défenseurs plus patauds.
  • Parlant de pataud... Emelin a eu l'air d'une andouille sur les deux buts des Devils (mettons que Jagr n'était pas trop emmerdé par sa couverture sur le but de Cammalleri) et sur le deuxième, Gilbert avait la tête dans le cul. C'est dommage, parce que sur le gros de l'ouvrage, ils se sont tenus debout.









Aucun commentaire: