vendredi 19 décembre 2014

20471: Montréal 1 Anaheim 2

C'est un problème vieux comme la LNH. Un joueur est associé à un rôle, à une attente et pas à un autre. Andrighetto? Joueur offensif, joueur de top-6! S'il n'y a pas de place sur les trois premières unités pour lui, il n'a pas sa place dans l'alignement, point! Parce que sur la 4e, ça prend du grit, ça prend de la grosseur, ça prend des coups d'épaule!

Tout ça pour dire, contre les Ducks, c'est pas mal la 4e qui a perdu le match et à regarder Beaulieu et Gilbert courir, affolés, autour de leur but derrière Malhotra, Bournival et Tangradi, mettons qu'ils ne sont pas encore rendus à manger le lunch d'Emelin et Gonchar, qui en ont pourtant trop sur les épaules. Dissicile.

D'un autre côté, on ne doit pas s'affoler inutilement avec l'absence de Pacioretty. Perdre son meilleur joueur, c'est évidemment grave. Mais Eller revient incessamment et Andrighetto va avoir un spot dans l'alignement, ça devrait donc à peu près aller. Contre les Ducks, c'était terrible à regarder en 3e, mais il y a là un jeu de circonstances qui ne se reproduira pas demain. Ça n'est pas que Pacioretty qu'on a perdu suite au coup de Stoner, mais aussi Prust, qui a courageusement demandé à l'autre de payer par une bataille. Veux, veux pas, remplace Pacioretty et Prust par Tangradi et Bournival dans le top-9, ça enlève un peu de rythme. Tangradi est un pur 13e attaquant, alors qu'on a bien vu que Bournival, s'il a un bon shot et génère ben des affaires par sa vitesse et sa force... Ben, disons que les passes arrivaient un peu vite. Gallagher et Galchenyuk ont pris leurs habitudes avec Pacioretty et le #49, qui joue avec Malhotra, a paru surpris.

Un autre élément qui me semble intéressant, en contrepoint de la vibe un peu morose qui entoure le commentariat ces temps-ci: depuis le match contre Chicago, si les choix de personnel sont parfois douteux, il me semble manifeste que l'équipe joue de manière plus structurée, notamment en défensive, où on semble enfin avoir un peu resserré le travail, on ne laisse plus systématiquement les défenseurs seuls pour aller loin en zone neutre attendre une passe. En fait, on le fait encore souvent, mais pas systématiquement.

Vus sous cet angle, Subban et Markov sont un peu le canari dans la mine: s'ils prennent une débarque, c'est qu'il n'y a rien à faire. On doit évidemment se demander comment le club peut s'en sortir en séries avec une deuxième et une troisième paire qui implosent tour à tour, mais depuis 5 matchs, le premier duo de défenseurs s'en tire très, très bien.

C'est le signe selon moi d'une équipe qui s'est raplombée à forces égales. Reste à trouver une deuxième paire de défenseurs. Parce que force est de l'admettre, ni Emelin ni Gilbert ne livrent présentement la marchandise.







Aucun commentaire: