mercredi 19 novembre 2014

20272: Montréal 0 Pittsburgh 4

C'est pur plaisir que de regarder aller les Penguins. Depuis le départ de Jordan Staal, le problème était récurrent: une fois Malkin et Crosby passés, c'était le désert. Les deux superstars sont sensationnelles à leur façon, mais ça laisse quand même 15 minutes et plus à forces égales où l'équipe coulait à pic. Fait embêtant, le type reçu en échange de Staal, Brandon Sutter, n'est pas exactement un grand 3e centre.

Après quelques saisons de tâtonnement, donc, on a trouvé le moyen de faire flotter tout ça. En se trouvant ou en ramenant quelques tâcherons qui sont capables de boucher les trous, d'abord: Goc, Sill et Adams forment une 4e ligne fonctionnelle, Blake Comeau est le genre d'espoir déchu que Sidney Crosby transforme en ailier de top-6. Restait à régler le problème de la troisième ligne. J'avoue que je suis encore surpris du résultat, mais voilà, en transformant James Neal en Hornqvist et Nick Spaling, on a donné deux ailiers parfaitement potables à Malkin (Hornqvist a commencé avec Crosby, mais bon, ces choses changent) et surtout, l'émergence du jeune Beau Bennett et la signature du controversé, mais toujours efficace Steve Downie donnent suffisamment de soutien à Sutter. Bref, le fond d'alignement prend ses tâches défensives contre les rebuts de l'adversaire et les stars font la job aux meilleurs.

C'est exactement ce qui s'est passé hier. La 3e ligne a récolté les points, parce que ces choses-là arrivent certains soirs lorsque cette unité est compétente (Eller et Sekac en ont profité à certains moments), mais le travail de fond était fait. Le CH s'est fait ramasser pendant les deux premières périodes (14-2 aux chances à forces égales, mais les Penguins ont bloqué 19 des 34 tirs tentés pendant ce temps) et si ça avait tenu contre le Wild (qui avait inexplicablement implosé en 3e), ben ça n'a pas fait contre Pittsburgh.

  • Desharnais jouait contre un peu tout le monde à l'attaque et n'a rien fait qui vaille. Therrien a flagossé en 3e avec Parenteau et Weise, mais je ne crois pas qu'on doive y chercher quelque chose de durable. C'est dommage. Ce trio a du talent, mais reste faible à forces égales.
  • La commande était lourde pour Pleks et les kids et ça n'a pas passé. Crosby est au sommet de son art, Galchenyuk a 20 ans, Gallagher 22 et Plekanec ne rajeunit pas. Bref, ça a cassé aux chances.
  • Je reste embêté par le manque de tâches défensives confiées au 3e trio, mais autrement ils ont fait leur part. 3 chances pour Sekac, qui se dégêne franchement. Je l'adore à l'aile droite, mais Therrien a voulu donner un break à Prust en 3e, ce qui nous a donné quelques instants de Sekac/Eller/Parenteau. Si on pousse Prust à droit de DD et Pacioretty (on semble décidé à garder Gallagher avec Pleks et Galchenyuk), ça pourrait être plus équilibré. On verra.
  • La 4e n'a guère joué, même si on a donné de la corde à Weise en 3e.
  • Ils ont beaucoup de travail défensif à fournir et Markov et Subban ne passent pas tout à fait le test. C'est embêtant parce qu'il n'y a pas derrière eux de paire qui semble capable de profiter des minutes molles pour faire du foin. On verra si ça finit par décoller, mais, pour l'instant, le compte n'y est pas.
  • Emelin et Gonchar se trouvent tranquillement et je soupçonne que ça a à voir avec le fait qu'Emelin commence à trouver ses marques à gauche (il a joué à droite pas mal toute sa carrière, semble-t-il). On a peut-être été inutilement impatients avec le quatuor Markov/Gilbert - Subban/Emelin, qui permettait aux coachs de déployer un top-4 de minutes dures sans trop cibler certaines confrontations.
  • Weaver absent (le fameux haut du corps), on avait donc Beaulieu et Gilbert. Ça a foiré de manière spectaculaire en première. Une passe manquée comme celle de Beaulieu, c'est rare qu'on voie ça. Chapeau le kid. Le pauvre Gilbert semblait encore confus, mais au moins on ne le met plus à gauche.





Aucun commentaire: