mercredi 9 avril 2014

21190: Montréal 2 Chicago 3 (P)

Un match contre les Blackhawks, même maganés, c'est un peu la fête. Leur défensive est complète, mais l'attaque travaille sans quelques gros morceaux, Kane et Toews au premier plan. Quand même, par désoeuvrement j'ai écouté le match Chicago-St-Louis de dimanche dernier, match dominé par les Hawks. On y voyait nettement apparaitre la fondation de ce qui permet aux Hawks d'être une puissance de la ligue par les temps qui courent: une défensive versatile et mobile.

Très souvent, lorsque l'adversaire sort de sa zone, les défenseurs des Hawks prennent contact avec l'adversaire dès la ligne du centre et reculent avec leur homme. Ce genre de manoeuvre n'est réalisable que par des patineurs agiles et il permet, en ralentissant les montées à travers la zone neutre, aux attaquants en repli défensif de rattraper plus rapidement leurs adversaires. Autre fait notoire du jeu prôné en zone neutre par Chicago, les attaquants sont la plupart du temps à se replier à deux (et non à un joueur coupant le centre entre les défenseurs), ce qui enlève encore plus d'espace aux adversaires.

Le CH a eu quelques difficultés à tenir contre ça et seule la belle tenue de Budaj les a sauvés, du moins jusqu'en prolongation. Notons deux vols de Crawford contre Pacioretty, mais au total, si le CH n'a pas été déclassé, il n'a jamais eu l'avantage après la première période.

  • La perte de Galchenyuk dès sa première présence a fait dérailler les plans de Therrien, déjà compliqués par le retrait d'Eller. Après avoir flagossé un peu avec Weise à la gauche de Pleks et Gallagher, le coach s'est fixé sur Gionta. Choix surprenant, mais le fait est que Plekanec courait après Hossa et Sharp, on comprend donc le désir de mettre un vétéran. Reste que personnellement j'aurais essayé Bournival. Au-delà des buts accordés, match passablement difficile pour ce trio, surveillé de près par Keith et Seabrooks.
  • Principalement accoté à Nordstrom, Kruger et Bollig, le trio de Desharnais a su convertir une poussée aux mises en jeu en avantage réel aux tirs. Un peu plus juste aux chances, mais le travail était fait. C'est d'autant plus encourageant qu'ils ont beaucoup vu Hjalmarsson et Oduya, les deux spécialistes de la couverture défensive des Hawks. S'ils se placent à forces égales, c'est de bon augure. Quand même, temps que la saison finisse ou que Pacioretty marque son 40e, parce que les deux autres le cherchent constamment.
  • J'ai beaucoup aimé Brière avec Bourque et Gionta, un peu moins Bourque, Brière et Weise, mais ce dernier a marqué un but, alors... C'était un trio à risque, parce qu'en début de match, Quenneville cherchait à leur coller le trio de Hossa, avant d'accepter la confrontation avec Plekanec en milieu de match.
  • White qui ramasse une rondelle sur le poignet, mais il a fini le match. Beaucoup de glace pour Weise, donc, et un peu moins pour Bournival. J'aimerais (je me répète) que le coach donne plus de place au #49, qui est plus habile avec la rondelle et plus efficace en échec-avant que le gros Weise, mais Michel aime ses gros joueurs intenses.
  • Le retour de Gorges/Subban, enfin. Les trois duos ont joué un temps à peu près égal et personne n'a semblé braqué sur qui que ce soit, bref on tournait les duos un à la suite de l'autre sans se casser les pieds, sauf de rares exceptions. PK et Gorges ont pris quelques mises en zone défensive de plus, quand même.
  • Weaver et Tinordi ont encore une fois connu un très beau match: maigre déficit aux chances, ils n'ont été sur la glace que pour 7 des 43 entrées de zone en contrôle de rondelle des Hawks en obtenant le tiers du temps de glace à forces égales. Un travail effacé, mais efficace.
  • Plus pénible pour Beaulieu et Bouillon, qui ont souvent donné la ligne bleue au porteur de la rondelle. On n'attendait pas de miracles, mais le #40 a fort bien fait, se permettant même une chance de marquer. Je ne comprends pas pourquoi on persiste à ne pas faire jouer Beaulieu régulièrement. Il travaille simplement, ne fait pas de jeux risqués et fait avancer la rondelle plus souvent qu'à son tour. Il n'est pas terriblement physique, mais pas dédaigneux du travail dans les tranchées non plus, ce qui me porte à croire que l'aspect brasse-camarade du métier va lui venir avec le temps.





Aucun commentaire: