mardi 4 mars 2014

20923: Montréal 1 Los Angeles 2

Fascinant club que ces Kings de Los Angeles. Parmi les meilleurs en possession de rondelle à travers la ligue, ils sont pourtant dotés d'une attaque anémique. Ils pratiquent la trappe et surtout, attaquent d'une manière fort peu orthodoxe: lorsqu'ils ont la rondelle dans leur territoire, personne n'en sort avant que le contrôle du disque soit assuré en haut des points de mise en jeu et, de passes courtes en passes courtes, ils ne cherchent que rarement à entrer en zone adverse en contrôle de la rondelle. Plutôt, ils attaquent à trois, le porteur de la rondelle appuyé d'un attaquant alors que le troisième membre du trio va au-devant à pleines vapeurs. Lorsque le sprinter approche de la ligne bleue adverse, le porteur du disque la lance en fond de zone, où son coéquipier arrive souvent le premier, généralement appuyé du joueur jusque-là en soutien au porteur, qui lui-même décolle pleins gaz lorsqu'il voit le porteur lancer le disque.

C'est peu orthodoxe et, sur le plan de la possession de rondelle, ça marche en ta. Sur l'avantage numérique? Pas mal moins. Les clubs en désavantage savent bloquer l'accès à la zone et sauter rapidement sur les rondelles libres; les rejets incessants des Kings en zone adverse les laissent donc souvent à tournoyer en zone neutre. Une fois installés, c'est redoutable, mais une fois sortis, ils peuvent en avoir pour une bonne minute avant de revenir. Mais une fois installés...

Sutter (le coach des Kings) a semblé essayer de finasser en première, tentant d'opposer ses meilleurs éléments aux plus faibles du CH. Therrien jouant Murray/Tinordi avec la 4e, ça marchait. Mais après le combat de Tinordi, tout ça est devenu un peu confus et les Kings ont semblé perdre le fil. En deuxième et en 3e, Sutter a décidé d'arrêter de se faire chier avec le détail: Richards/Carter sur Pleks, Kopitar sur Desharnais, Stoll sur White et Eller. Le CH a implosé sec, poussant deux petites chances à forces égales en 3e (rien en 2e) et deux en unités spéciales.

On a revu Subban/Markov en 3e et Emelin/Gorges comme deuxième unité de jeu de puissance. Est-on à la veille d'un remaniement des duos en défensive? Le temps est peut-être venu. Faut dire qu'une blessure à Gorges a tout chamboulé. On verra.








2 commentaires:

Anonyme a dit…

C'était pas mal ça le système de Team Canada non?

Sutter-Hockey Canada-Hitchcock, good ol' fashioned canadian hockey.

Olivier a dit…

Ça a longtemps été ça. En fait, je pense que c'est une version moderne de la trappe de Jacques Lemaire, qui était à l'origine un système offensif. Va voir les buts marqués par les Devils de la fin des années 90 début 2000, ce sont parmi les clubs les plus redoutables en attaque.

Les Kings ont un peu de misère parce qu'ils ont d'excellents défenseurs, quelques excellents joueurs à l'attaque et aucun mauvais joueur et sont très bien coachés. Mais ils n'ont pas beaucoup de marqueurs. Rien contre les Toffoli, Nolan, Stoll et King, ni même contre Williams et Brown, mais y'a pas beaucoup de "Gunners" dans ce club-là après Carter (Richards un peu, Kopitar beaucoup mais c'est un fabricant de jeu).

Mais quand t'as toujours la puck…

Ceci dit, le style joué par les Canadiens à Sotchi n'était pas celui-là, c'était plutôt celui de Babcock, qui est un peu à l'inverse côté zone offensive. Alors que sous Sutter, les Kings dompent et pourchassent avec férocité, on a vu les Wings préférer ne pas rentrer en zone plutôt que de la domper. Équipe Canada était pareille aux olympiques: possession avant tout, peu de dompage de puck. À ne pas confondre avec les nombreuses remises à des endroits avantageux une fois la rondelle traversée en zone ennemie, ce sont des jeux différents!