samedi 27 avril 2013

20708: Montréal 4 Toronto 1

Après quelques matchs sur le neutre, le CH a remis les gaz contre Toronto. Carlyle a bien tenté de brasser la soupe, utilisant 10 combinaisons d'attaquants pour au moins une minute à forces égales (Therrien en a utilisé 6, 5 si on exclut Gionta/Pleks à 4 contre 4). En vain. Therrien a apporté quelques changements à son alignement depuis deux matchs et force est d'admettre que la construction actuelle des trios et duos semble fort prometteuse.

Reste à voir ce que ça donnera en séries éliminatoires. Si les entraîneurs vont en saison se concentrer sur quelques confrontations lors d'un match donné (traîner leurs meilleurs défenseurs contre le meilleur joueur adverse, donner ou pas des mises dans une zone ou l'autre à tel ou tel joueur), les choses deviennent beaucoup plus raffinées en séries lorsque les mêmes équipes se rencontrent aux deux jours. Le bel équilibre de l'alignement actuel résistera-t-il à ce genre de confrontations systématiques?
  • Plekanec a surtout joué contre Kessel, Kadri et VanRiemsdyk, le premier trio des Leafs. S'il a un peu cédé aux chances une fois l'avance de 3 buts acquise en troisième (Kadri a collé 3 chances en fin de match), Pleks a fait le travail sans trop de difficultés. Ce n'est probablement pas seulement à cause de sa pénalité imbécile en deuxième, peut-être même que ça n'a rien à voir et que Therrien y est simplement allé d'une mesure défensive, mais Ryder a fait la 3e période sur le 4e trio, Prust prenant sa place avec Pleks. Si c'est l'une ou l'autre de ces raisons qui a motivé le geste de Therrien, c'est là un autre indice de ce que le club a "remis la switch à on". Depuis Buffalo, le coach ne se cassait pas le becyck avec sa gestion de banc.
  • Semble que ça remonte au match de jeudi contre Winnipeg, mais voilà Bourque rendu à la droite de Desharnais et Pacioretty. Le geste m'a semblé mettre en valeur l'apport défensif de Bourque, particulièrement apprécié sur ce trio et, à la limite, à même de compenser pour ce qui est perdu en strictes aptitudes offensives par le retrait de Gallagher.
  • Gallagher se retrouvait donc avec Eller et Galchenyuk. Carlyle leur a opposé Grabovski qui s'est fait éviscérer. Sans grande mission défensive à accomplir (mais sans pour autant jouir de la poussée systématique aux mises en zone offensive donnée à Desharnais), Eller semble capable de s'arranger avec ses défenseurs. Ses jeunes ailiers, s'ils ont parfois de ces gestes en zone défensive qui laissent espérer qu'ils y soient un jour des contributeurs fiables, sont susceptibles aux errances et à des accès de catatonie directement liés à cette manie de regarder fixement la rondelle, sans jamais porter attention à ce qui se passe dans le reste de la zone. En zone offensive, les choses sont proprement réjouissantes: MacArthur, Grabovski et Komarov sont de bons joueurs défensifs et Phaneuf et Gunnarson ne sont pas non plus des pieds de céleri. Le temps passé en zone adverse par ce trio dans ces conditions est un élément important pour la suite des choses.
  • Therrien ayant décidé de jouer à quatre trios tout au long du match, White et ses sbires ont eu de la glace. White semblait hésitant, créant quelques dégagements refusés. Ils ont tenu leur bout sans trop souffrir.
  • Ainsi, Markov et Subban jouent enfin ensemble. Je n'attendais plus cette combinaison, selon moi idéale. Réunis pendant près de 13 minutes à forces égales, ils ont fait +14/-9 aux TVF, +8/-7 aux mises en jeu et +5/-3 aux chances, le tout en jouant pour l'essentiel contre Kadri, que Carlyle m'a semblé chercher à soustraire à leurs affections. Du beau travail. À noter: avec 5 minutes à faire en première, Markov a pris une pénalité épaisse, tabassant inutilement Komarov alors que le jeu était rendu en zone neutre.Le Général n'a pas rejoué avant la 4e minute de la deuxième. Que Therrien lance ainsi un coup de semonce à un de ses vétérans ne doit probablement pas passer inaperçu auprès des autres joueurs. Trop utilisées, ces méthodes ne marchent plus. Mais avec parcimonie, c'est probablement une façon très efficace de sonner la fin de la récréation.
  • Martin Leclerc de la SRC soulignait sur Twitter que Diaz est encore frileux dans les coins. Je dois dire que ça correspond à ce que j'ai vu de lui. C'est compréhensible (il n'est pas très physique et revient d'une longue convalescence) et on peut tenir pour acquis qu'il va éventuellement se dégêner. En attendant, s'il y a de ce fait perte d'efficacité, elle est en partie compensée par le fait que lui et Gorges ont un rôle de seconds violons derrière Subban et Markov.
  • Les jeunes joueurs ont souvent besoin de quelques essais avant de s'établir dans la LNH. À son deuxième essai seulement, Tinordi montre déjà de très belles choses. Les mises en échec commencent à sortir (il en a vissé trois ce soir) et les entraîneurs lui donnent beaucoup de glace en désavantage. Le bonhomme semble fonder son jeu sur sa capacité à occuper l'espace (il est immense) et à manger des coups; on le voit souvent protéger la rondelle, encaisser une mise en échec et ensuite terminer son jeu. Il s'est fait complètement contourner à quelques reprises, ce qui me laisse entendre qu'on ne doit probablement pas l'échapper contre les top-6 adverses, mais il donne déjà beaucoup d'options aux entraîneurs. Ces belles réalisations ne doivent pas nous faire ignorer que Therrien ne lui a donné aucune mise en jeu en zone défensive à forces égales. On le protège quand même consciencieusement.








mercredi 24 avril 2013

20681: Montréal 2 New Jersey 3

La fin de saison en roue libre se poursuit. Arpon Basu (directeur de la rédaction pour LNH.com) soulignait la chose suivante hier soir sur Twitter:
Ça ne sent pas exactement le gros travail de "matchup", disons. DeBoer semblait extrêmement attentif aux confrontations, soucieux notamment de coller Zajac/Clarkson/Elias à Markov et Weber.

Faut dire aussi que les Devils sont une équipe monstrueusement sous-estimée à l'heure actuelle. Finalistes des séries l'an dernier, ils sont, à 5 contre 5, 27e au taux de conversion tirs/buts, 24e au pourcentage d'arrêts et... 2e au différentiel des tirs à forces égales! Sur une saison de 82 matchs, ils auraient fini par se glisser en séries et auraient eu de fortes chances de retrouver une fois de plus les Kings en finale.

(Petit détail en passant: je ne suis pas encore totalement familier avec le site Stats.hockeyanalysis.com, mais à vue de nez, il est en train de supplanter behindthenet.ca comme source de stats avancées.)
  • Bourque a commencé sur le trio de Plekanec pour ensuite être remplacé par Ryder. Subjectivement, il m'a semblé que le trio de Pleks a pris du mieux avec Ryder. Mais je ne pensais pas que les choses avaient si mal commencé avec Bourque (+0/-8 aux TVF en première!), ce dernier semblant pourtant en verve.
  • Therrien a recommencé à pousser Desharnais sur les mises en zone offensive. Quoique je regrette qu'il n'ait pas continué à utiliser Pacioretty avec Plekanec, il faut comprendre que Therrien s'appuie ici sur une formule connue. Hier soir, les chances n'ont malheureusement pas suivi. C'est Pacioretty qui m'embête, en fait. Il ne charge presque plus la zone payante et travaille la plupart du temps en entrée de zone, passant la ligne bleue pour ensuite attendre l'option de passe ou prendre un lancer de l'extérieur. Si on continue de lui donner autant de glace (y compris en avantage numérique) alors qu'il joue de la sorte, j'espère que c'est parce qu'on lui a demandé de prendre ça mollo, parce que sinon, on a un problème.
  • Fait intéressant, Galchenyuk, Ryder et Eller ont été sur la glace pour deux chances de marquer et... 1 TVF! Le New Jersey est réputé comme un des endroits dans la LNH où la collecte des infos de match est quelque peu douteuse. On en a ici un exemple. Reste que si Eller, Galchenyuk et Bourque ont eu quelques beaux moments en zone offensive (dont le but d'Eller), ça ne s'est pas reflété sur les différentiels.
  • Halpern, Prust et Moen ont eu un simple travail de sape à faire. C'est là un autre indice qui me pousse à dire que le CH joue présentement pour la forme: Therrien a, depuis le début de la saison, systématiquement utilisé son 4e trio pour éponger des mises en zone défensive et des minutes dures. Si on les a vus contre Kovalchuk à plusieurs reprises, la distribution des mises est restée timide et Therrien n'a pas envoyé Halpern prendre des mises supplémentaires en zone défensive avec les 3 premiers trios, autre indice de ce que le club est un peu beaucoup sur le neutre. Ça n'est pas un reproche, c'est un constat.
  • Diaz et Gorges avaient à couvrir Kovalchuk et il semble que pour s'assurer de bien faire la chose, Daigneault (qui gère le côté défenseur du banc) se soit abstenu de les envoyer sur des mises en jeu.
  • Subban et Bouillon prenaient ce qui restait des présences de Kovalchuk et avaient sinon à s'accommoder du trio de Zubrus, client peu commode s'il en est un. C'était un peu embêtant de regarder Bouillon se faire allumer par Kovalchuk, mais bon, je suppose que si l'objectif est de répartir le temps de glace...
  • Comme je l'ai indiqué plus haut, Weber et Markov étaient ciblés par DeBoer, qui leur collait Zajac, Clarkson et Elias autant que faire se peut. Rien d'atroce au bout du compte, mais ça n'était pas d'une grande élégance. Weber a passé un grand total de 9 secondes en désavantage numérique, soit juste assez pour couvrir le mauvais joueur et ainsi ouvrir le centre pour Elias qui en a profité pour marquer. Ben coudon.













    dimanche 21 avril 2013

    20662: Washington 5 Montréal 1

    C'est simple, ils attendent la fin de la saison. Sur une période d'environ 30 minutes du début de la première à la moitié de la deuxième, le CH n'a enregistré aucune chance de marquer à forces égales et 5 chances en 10 minutes de jeu en avantage numérique. Ils n'ont juste pas essayé, sauf en fin de match, un peu embarrassé peut-être. Vivement les séries, qu'ils retrouvent un certain sentiment d'urgence.
    • L'équipe faisait globalement pitié à voir, mais Plekanec, Gionta et Pacioretty étaient au fourneau. Une seule chance concédée aux Caps (le premier but d'Ovechkin, eh...) et quelques claques collées au fond d'alignement. Au moment d'écrire ces lignes, semble que Therrien va renvoyer Pacioretty avec Desharnais et ramener Bourque avec Pleks. Dommage. Je trouve Bourque plus à l'aise contre les fonds d'alignement adverses.
    • Therrien s'est rapidement lassé de Bourque/Ryder/Desharnais. Encore ici, dommage. Desharnais s'est fait coller à quelques reprises contre la 4e des Caps, ce qui vient gommer un travail honnête contre Ribeiro. À prendre avec un grain de sel, les Caps n'ont pas vraiment attaqué à partir de la deuxième période. Desharnais, semble-t-il, est destiné à revenir entre Pacioretty et Gallagher. Bah.
    • Outre quelques belles montées de Galchenyuk, le trio d'Eller a semblé plutôt diffus. Ça n'a pas empêché Gallagher de coller deux autres chances à forces égales. Puisqu'il retourne avec DD, c'est Ryder qui s'amène à la droite d'Eller contre New Jersey.
    • Therrien a envoyé Prust avec DD en deuxième, ramenant Bourque avec Halpern. Outre une présence pénible contre Chimera, le quatrième trio a fait sa petite affaire. Pas des matchs très pénibles pour ce genre de trios, l'adversaire n'attaquant simplement pas.
    • Subban ne l'avait tout simplement pas et Therrien a agi. À partir de la deuxième période, PK s'est retrouvé avec Bouillon à jouer contre les 3e et 4e trios des Caps. On parle de toi comme candidat au Norris (un des plus prestigieux honneurs individuels de la LNH) et tu te retrouves à jouer contre Volpatti et Chimera pendant que le petit Suisse qui revient de 24 matchs sur la touche se retrouve à jouer contre Ovechkin. M'est avis que PK va être pas mal plus incisif dès mardi. À l'entraînement de ce matin (dimanche), Therrien a gardé Gorges et Diaz ensembles et PK jouait avec Markov. Enfin! Juste dommage qu'on revienne avec les anciens trios alors même que la défensive prend un tour beaucoup plus intéressant...
    • Un petit mot sur Weber... J'ai été surpris de voir Therrien le garder dans l'alignement en lieu et place de Drewiske, mais si on y pense bien, ça tombe sous le sens. Ça n'est tout simplement pas raisonnable d'aller se promener en séries avec un 7e défenseur qui a joué 34 minutes depuis le mois de janvier. Therrien se doit donc de lui donner des minutes pour qu'il se trouve un semblant de synchronisme, au cas où. Faudra voir ce que le top-4 Gorges/Diaz Subban/Markov est capable d'amortir comme confrontations, mais Bouillon/Weber pourrait faire un très beau duo à vocation offensive. On verra.










    vendredi 19 avril 2013

    20646: Tampa Bay 2 Montréal 3

    Nous y sommes enfin arrivés. Après 3 raclées, Therrien a réaménagé son top-9 de fond en comble. L'équipe, surtout en première période, s'en est passablement ressentie sur le plan de la cohésion et de la constance, mais on parle du même excellent personnel de joueurs, désormais agencés dans des combinaisons qui me semblent franchement prometteuses. Espérons qu'on fera un bout de chemin avec cette configuration de trios.
    • Pacioretty avec Gionta et Plekanec, enfin. Therrien les a collés à Saint-Louis et Stamkos (près de 80% de leur temps de glace à forces égales) et le premier trio de Tampa les a poivrés au moulin à quelques reprises. Mais les résultats sont probants: deux buts de Gionta, dont un à forces égales, 4 transports en zone ennemie et 4 chances de marquer pour Pacioretty. Et tout ça après une première période ou leurs occupations de la zone adverse tournaient constamment en eau de boudin, les 3 joueurs souvent collés à la bande dans un coin. Après 43 matchs, les meilleurs ailiers du club jouent enfin avec le meilleur centre contre les meilleurs éléments adverses. Si Therrien utilise enfin de cette combinaison, c'est selon moi en grande partie parce qu'il sent que le reste de l'alignement peut survivre sans avoir à jouer avec ces 3 joueurs.
    • Côté confrontations, Desharnais semble avoir été simplement tenu loin de Stamkos et Saint-Louis. S'ils m'ont semblé inconstants en défensive, ils ont quand même menacé rapidement, Bourque collant la première chance du match. Lui et Ryder ont chacun collé 3 chances à forces égales. Je dois le dire, j'aime beaucoup ce trio. Parce  que le nouveau trio de Pleks ne peut simplement pas être ignoré par l'adversaire, ils se retrouvent dans des minutes "intermédiaires" et bénéficient par conséquent d'une fraction de seconde supplémentaire sur une foule de petits jeux. Si on doit accepter qu'ils nous fassent de temps à autre des coups comme le but de Lecavalier, je m'attends à une production significative de ce trio à forces égales. Une très, très belle trouvaille de Therrien.
    • C'est donc Eller, Galchenyuk et Gallagher qui profitent désormais des minutes molles. Beaucoup de potentiel offensif, mais surtout beaucoup de travail à faire. S'ils ont marqué sur un coup de force en deuxième (quatre chances débouchant sur le but de Galchenyuk) ils ont aussi eu quelques séquences difficiles (contre Tyrell, notamment). Eller a cette saison pour la première fois l'occasion et la responsabilité de produire à l'attaque. On lui donne les coéquipiers et c'est à lui de s'établir, ce qu'il fait fort bien selon moi. Les deux jeunes restent dans des minutes protégées et on doit en fait comprendre de ce trio qu'il constitue une version améliorée de l'unité que Galchenyuk et Gallagher formaient avec Prust en début de saison.
    • Halpern a encore une fois épaulé Plekanec sur les mises en défensive en plus de prendre charge du trio de Tyrell et de boucher les trous contre Lecavalier en début de match, alors que Desharnais était au vestiaire pour se faire recoudre.


    • Subban et Gorges voient leur sommaire aux chances plombé par le très mauvais chiffre du trio d'Eller contre Tyrell. Sinon, ils ont concédé 3 chances au trio de Stamkos, contre qui ils ont pris 5 mises en zone défensive. Détail intéressant: ils n'étaient pas aussi rigoureusement braqués sur Stamkos que Plekanec, prenant aussi plusieurs chiffres contre Lecavalier. Leur rôle semblait donc plus se définir à travers la distribution des mises en zone défensive qu'une stricte assignation à suivre un joueur.
    • S'ils bouchaient des trous contre Stamkos et Saint-Louis, Markov et Bouillon n'ont jamais pris de mises en jeu contre eux. Si la tâche de Subban et Gorges semblait en partie territoriale, celle de Bouillon et Markov était de couvrir Lecavalier. Bide total, 1 but et 5 chances concédées, et 3 autres chances données à Saint-Louis et Stamkos. Ils font du temps en attendant Diaz, de toute évidence. À savoir comment Therrien va alors réaménager sa défensive, ça reste à voir.
    • Weber a pris quelques chiffres avec Bouillon en première, mais autrement lui et Drewiske étaient soigneusement tenus contre les deux derniers trios de Tampa. Drewiske, sur la glace pour les 4 chances menant au but de Galchenyuk, se tape un différentiel de chance sidérant. M'est avis que ça ne l'empêchera pas de sauter son tour si Diaz revient.










    mercredi 17 avril 2013

    20640: Montréal 4 Pittsburgh 6

    Ainsi se poursuit la léthargie. 6 buts accordés sur un total de 9 chances de marquer, on comprend là où le bat blesse. Quand même, la plupart des buts des Penguins étaient de beaux buts, des chances en or obtenues suite à une cassure défensive.

    Therrien a continué à bidouiller ses trios, mais ça reste relativement subtil. La répartition des tirs à forces égales est intéressante en elle-même: 32 tirs par le CH, 16 par Pittsburgh. 5 tirs manqués par le CH, 3 par Pittsburgh. Tirs bloqués? 22 tirs du CH bloqués contre 6 par Pittsburgh. Ça fait quelques matchs comme ça, où les défenseurs adverses aident leurs gardiens contre des tirs à bout portant. Je suppose qu'on pourrait angoisser sur le fait que l'adversaire a "trouvé le plan de match" pour contrer le Canadien, mais j'ai mes doutes. Le problème actuel est bien plus du côté de la chance: au cours des 3 derniers matchs, les adversaires du Canadien ont marqué 18 buts sur 47 chances de marquer, un taux de conversion de 38%.

    Ça ne durera pas. En attendant, ça donne l'occasion au club d'être confronté à une obligation importante qui est celle des bons clubs: il est important de savoir que c'est la malchance qui frappe et que par conséquent, il n'y a aucune raison de se laisser démonter. Samedi, ils ont cessé de travailler. Contre Philadelphie, ils ont simplement été désarticulés. Contre Pittsburgh, ils ont continué à pousser, mais ça a coupé court en troisième.

    Ça n'était donc pas assez, mais c'était déjà mieux. On progresse!

    • Plekanec avait sa forme des beaux jours et Gionta suivait allègrement. Les deux ont généralement mené le jeu, alors que Bourque semblait plutôt perdu. Therrien s'est d'ailleurs rendu compte de la chose et l'a permuté avec Prust. Le 8 n'est pas Wayne Gretzky, mais complète fort bien Gionta et Plekanek. Très jolie passe sur le jeu de Gionta, d'ailleurs.
    • Therrien a poussé très fort sur le trio de DD pour qu'ils donnent de l'attaque (6 mises en zone offensive, aucune en zone défensive), mais ça marchait plus ou moins. Ajoutons à ça une blessure et beaucoup d'indiscipline pour Gallagher et Pacioretty qui semble toujours dans le cirage... Beaucoup de tirs vers le filet, mais nombre de ces tirs bloqués par les défenseurs adverses. Faudra voir dans quel état est Gallagher, mais Dumont n'a pas semblé trop mal à l'aise lorsque Therrien l'a envoyé prendre des chiffres du petit #11. Sera intéressant de voir si on donne un repos à Gallagher et une chance à Dumont.
    • Si Bourque semble perdu à la gauche de Pleks, il a semblé plus à l'aise à la droite d'Eller. Faut comprendre pourquoi: Eller et Galchenyuk sont de véritables siphons à rondelle, le 3e homme doit essentiellement s'assurer de surveiller les replis défensifs, donner des lignes de passe en descente et aller s'asseoir sur le gardien adverse. En plein dans les cordes du gros Bourque. Galchenyuk donnait parfois l'impression de manquer un peu d'espace, mais Pittsburgh a fini par l'échapper, ce qui lui a permis de tailler un filet au flanc de Fleury.
    • Tous ces mouvements de trios ont un peu mis Moen et Halpern en retrait, mais avec 11 minutes de jeu à couvrir en désavantage, les deux en ont eu pour leur argent. Deux superbes chances de marquer pour Halpern, incapable de passer Fleury. "Bummer", comme disent les Anglais.
    • Quand je parlais plus haut de "savoir que c'est la malchance qui frappe et que par conséquent, il n'y a aucune raison de se laisser démonter", je parlais du combat de Subban contre Morrow, bien entendu. Avec 13 minutes à faire en 3e, Montréal perdait 6-3, mais tenait, à forces égales, l'avantage 7-2 aux chances et 25-8 aux tirs vers le filet depuis le début de la deuxième. Ça n'était pas gagné, loin de là, mais il était vraiment trop tôt pour lâcher. Et quand tu es le meilleur défenseur du club, aller faire une prise de tête à un adversaire qui ne demande que ça (Morrow en a vu d'autres) et se sortir pour 5 minutes, c'est une idiotie. Dommage, parce que si ça n'était pas son meilleur match, Subban reste quand même Subban. Va falloir qu'il apprenne.
    • Markov et Bouillon ont eu beaucoup de mises en zone offensive, mais ça n'explique pas tout; +18/-3 aux TVF lorsque réunis, +3/-1 mises et aux chances... Ben dit donc... Pour un duo qui me semblait suspect, ils ont passé la gratte.
    • Weber avait joué un grand total de 17 minutes avant ce soir. Il était donc vraiment rouillé. À risque tout au long de la soirée, m'a-t-il semblé, et Drewiske semblait tout aussi hésitant. M'est avis que Beaulieu ne restera pas longtemps sur la galerie de presse, à moins bien sûr que Therrien ne nous réserve une autre surprise?








    lundi 15 avril 2013

    20626: Philadelphie 7 Montréal 3

    À ce stade-ci de la saison, on a une idée assez claire de ce que le club sait faire. Le match contre les Flyers est une pure contre-performance, menée au rythme d'un jeu désarticulé, d'une couverture défensive absente, d'un manque perpétuel de synchronisme.

    Ça arrive. L'intérêt de la chose, c'est de voir comment ils vont s'extirper de l'ornière. Est-ce que Therrien va devoir brasser la soupe (il l'a fait un peu ce soir, mais pas beaucoup)? Est-ce que les blessures commencent à s'accumuler et que, au contraire, le coach devrait simplement laisser le temps au temps? Ça rend la suite des choses diablement intéressante.
    • Plekanec a plus ou moins hérité de Giroux, qu'il a constamment échappé. Pour une raison que j'ignore, Therrien a éventuellement décidé d'envoyer Gionta avec Eller et Ryder avec Plekanec. Pas une mauvaise idée en soit; si Ryder est plus faible en défensive, il est plus versatile que Gionta en territoire offensif, ce dernier ayant un style fort similaire à celui de Bourque. Il sera intéressant de voir si l'expérience dure quelques matches.
    • Desharnais a été gavé de mises en zone offensive et envoyé contre le fond d'alignement adverse. Faible production de chances à forces égales, malheureusement, seulement 3. J'ajouterais qu'échappé une seule fois contre Giroux, il lui a promptement accordé un filet. Therrien n'a toujours pas touché à ce trio, mais à mon sens Pacioretty a besoin de changer d'air. Il se contente de plus en plus de transporter la rondelle en zone offensive et de prendre des tirs de l'extérieur de la zone payante. Le total des tirs suit, mais aux chances, il traîne derrière Gallagher. Ce dernier semble de plus en plus à ses aises, encore 5 chances de marquer ce soir. Que ce soit avec Eller ou Desharnais, Therrien devrait envoyer Pacioretty voir ailleurs.
    • Encore un but de Galchenyuk, même si on les a moins vus ce soir. Difficile de dire si la venue de Gionta a aidé, les Flyers étaient alors à jouer l'horloge avec une avance de 3 buts.
    • Dommage pour Ryan White, qui peut être utile à sa façon, mais son incapacité à rester discipliné (et la venue de Halpern) vient peut-être de lui coûter sa place. Halpern et Moen ont été les plus régulieur chez le CH, ce qui n'est jamais bon signe. Mine de rien, le gros Moen a encore collé deux chances ce soir. Sais pas si j'ai la berlue, mais il semble plus en verve depuis quelques matchs...
    • Oh, Subban était énervé et ça s'est traduit en pénalités. On le comprend, les avants travaillaient un peu n'importe comment, ce qui a constamment placé les défenseurs dans l'eau bouillante, tant sur les revirements en zone offensive qu'en sortie de zone défensive. Le premier duo a donc tenté tant bien que mal de colmater les brèches, mais hélas... Encore deux points pour PK, tiens...
    • Bouillon et Markov font peine à voir. Encore ce soir, dans le négatif aux chances et aux TVF lorsque réunis. C'était raisonnable contre le 3e trio des Flyers, mais le trio de Giroux leur a donné beaucoup de misère. C'est simple et c'est triste, mais en l'état actuel des choses, le CH n'a pas de deuxième duo défensif et Markov/Bouillon, duo de vétérans que Therrien connaît bien, est appelé à boire la tasse.
    • Drewiske ferait probablement un meilleur travail à la droite du Général, mais on ne veut clairement pas laisse Beaulieu avec Bouillon. Alors lui et le jeune prennent leurs minutes contre les fonds d'alignement adverses et s'en tirent fort honorablement. Diaz serait sur le point de revenir, croisons les doigts qu'il reprenne vite le rythme.