vendredi 5 avril 2013

20547: Winnipeg 1 Montréal 4

Donc, si j'ai bien compris, le CH aura compilé une fiche parfaite contre la division sud-est, 11 victoires. Division sud-est dont l'équipe de tête, Washington, compte aujourd'hui moins de points (38 contre 39) que les Devils, en 9e place au classement de la conférence de l'Est.

Alors si vous le voulez bien, on va attendre un peu avant de commencer à croire que le CH peut se passer de la petite teigne à col roulé qui tient le rôle de premier centre depuis un moment déjà.
  • Eller, associé à Gionta et Prust, a eu à surveiller Jokinen pendant les deux premières périodes. En avance par deux buts, Therrien m'a semblé se concentrer à donner de la glace à tout le monde en troisième, ce qui n'a pas aidé Eller outre mesure. S'il a connu quelques beaux élans (une chance, 5 entrées de zone), c'était quand même un peu brouillon, concédant du terrain à Santorelli et Jokinen au total. Quand même, je ne déteste pas cette combinaison. Eller semble avoir besoin de pouvoir contrôler la rondelle pour être à l'aise et, avec Galchenyuk, ça semblait de plus en plus difficile. Plekanec a su apprendre, à l'époque où il a hérité de Kovalev (grand siphon à rondelle devant l'éternel), à s'adapter aux besoins de ses ailiers. Eller n'est pas encore rendu là, mais Prust et Gionta étant à l'aise avec un transporteur, ce trio peut accomplir de belles choses.
  • Je ne sais pas si c'est parce que Desharnais, pivotant le seul trio intact, représentait un risque connu de Therrien alors que ses autres lignes étaient nouvelles, mais toujours est-il, c'est DD qui a ramassé le gros des mises en jeu, notamment en zone défensive. Terminer +4/-1 aux chances est, dans les circonstances, parfaitement correct. S'il ne sera jamais Datsyuk, force est de reconnaître que Desharnais a monté plusieurs marches sur le plan défensif. Je me demande même si la perte de Cole, formidable appui défensif s'il en est un, n'était pas nécessaire au développement de cette dimension du jeu de Desharnais. Statistiquement, ça donne un match discret pour Desharnais, aucune chance de marquer ni entrée de zone en possession à forces égales. Mais ses ailiers ont passé la soirée à rentrer en zone adverse (5 transports chacun) et ont quand même collé quelques chances (2 par Pacioretty et une par Gallagher). Sachant que le club attendait en zone neutre en 3e période, c'est donc une très belle performance que ce trio a livrée. Ah oui, tout ça en pinçant Ladd, Little et Byfuglien. Nice job.
  • Est-ce parce qu'il était flanqué de White et Blunden? Toujours est-il, si Halpern a passé le soirée contre Jokinen, il n'a presque pas pris de mises en jeu de la soirée, ce qui détonne des patrons d'utilisation habituels de Therrien. Quelques passages pénibles contre le trio de Ladd, mais autrement ça roulait sur du billard.
  • Très intéressante cette combinaison Galchenyuk, Ryder et Moen. Ryder a complètement manqué sa couverture sur le but des Jets et au total ils ont souvent eu de la misère à sortir de leur territoire. Mais comme Gionta et Prust, Moen et Ryder sont du genre à laisser le centre se démerder avec la possession de rondelle. Pour Galchenyuk, c'était salutaire et on l'a vu se taper de très beaux élans. Lui et Eller avaient probablement besoin d'être séparés.
  • Gorges et Subban ont calmement assuré contre le trio de Ladd. Non seulement ils n'ont guère concédé la zone, mais dans un match où le club a eu l'avance pour deux périodes ou presque, ils ont clairement dominé aux chances, produisant 8 des 13 réussites de l'équipe à forces égales.
  • Markov et Emelin avaient charge du trio de Kane et Jokinen. Kane et Emelin se sont cherché noise toute la soirée, ce qui a fini par dégénérer en fin de match. Wheeler a dégommé Markov ET  Emelin sur une entrée de zone, débordant chaque fois pour enregistrer la chance. Markov fût de loin le moins utilisé à forces égales, mais énormément en unités spéciales.
  • On dirait bien que Drewiske a pris en désavantage numérique les minutes de Bouillon, qui à son tour en prend à Markov à forces égales. Intéressant, je m'attendais plutôt à ce que Markov soit celui qui quitte le désavantage numérique.









2 commentaires:

Charles a dit…

En fait, ce n'est pas bête de Thérien de garder Markov sur le PK et de diminuer ces minutes à forces égales.

Il fallait diminuer le temps de glace de Markov et son manque de vitesse n'est pas un facteur sur le PK. C'est pourquoi Gill était aussi efficace. Avec son excellente anticipation, Markov peut être efficace sur le PK.

Le hic, c'Est que cela donne plus de glace à Bouillon !

Pour ce qui est des assignations, il faut tenir en compte que le match était à la maison et que le CH gagnait par plus d'un but.

Olivier a dit…

Oui, en effet. Disons que Markov, ça n'est pas Kaberle. Autre truc, Drewiske est vraiment pas mal à forces égales, donc pas de mal à l'exposer lui et Bouillon.

Une belle trouvaille.