mardi 19 mars 2013

Laissez les gardiens tranquilles!

Papier dans La Presse de ce matin sur la réunion des DG. Ceux-ci veulent plus de buts, revenir à un niveau plus proche de celui ayant été atteint juste avant le précédent lock-out:
« La ligue se préoccupe du nombre décroissant de buts marqués depuis le lock-out de 2005-06. À l'époque, de nouveaux règlements avaient temporairement favorisé l'ouverture du jeu. L'équipement des gardiens avait également été réduit de 11%. Mais la moyenne de 6,11 buts marqués par match lors de la saison 2005-06 n'a fait que dégringoler depuis. La présente campagne démontre un léger soubresaut de 5,43 buts/match (comparativement à 5,32 l'an dernier) mais rien qui ne suffit à calmer l'appétit des dirigeants. «Je trouve que notre sport se porte très bien comme ça», soutient pourtant Carey Price. Toutes sortes de solutions ont été lancées afin de pallier à ce «problème». Outre l'équipement des gardiens, on a entre autres évoqué l'idée de changer d'agrandir les filets. »
Je farfouille dans les données et je ne comprends pas trop ce que les DG pensent qu'ils sont en train de faire avec ce genre de manoeuvres. Ça a été dit ailleurs (Tyler Dellows sur mc79hockey? Cam Charon?  Kent Wilson? Quelqu'un d'autre? Je ne retrouve plus le billet...), mais je vais le répéter encore ici: si la ligue veut revenir au niveau offensif de 2005-06, elle n'a qu'à demander à ses arbitres d'appeler les pénalités comme en 2005-06.

Ainsi, une brève comparaison entre la dernière saison à l'ancienne (03-04), la saison 05-06 et la saison dernière:


  • Le ratio de buts par heure passée sur l'avantage numérique ne bouge que peu d'une saison à l'autre. Le nombre de minutes en avantage obtenu par équipe, par contre, bondit après le lock-out pour ensuite revenir l'an dernier à un niveau inférieur à celui d'avant le lock-out.
  • À partir du temps passé en avantage numérique, j'ai fait une estimation bancale du temps de glace passé à forces égales (simplement soustraire ce temps d'un 60 minutes pour 82 parties disputées) et de là, j'ai refait les mêmes ratios. Le temps de glace à forces égales plonge en 2005-06 et remonte en 11-12 au-delà des niveaux atteints avant l'ancien lock-out.
La deuxième partie du tableau nous parle des gardiens de but. Le site de la LNH nous donne, par la page des gardiens, la possibilité d'aller chercher le total des tirs reçus à forces égales et en avantage numérique pour une saison donnée. Si 13 et 14% des tirs au but sont convertis en buts au cours des deux premières saisons, ce taux baisse à 12,5% en 2011-12. Vu le faible nombre de tirs générés dans la dernière saison, je ne pense pas qu'on puisse y voir un effet unique de l'équipement des gardiens.

En fait, je pense que ce que cette deuxième partie nous révèle, c'est l'impact des pénalités sur la production de buts en avantage numérique, mais aussi à forces égales. Lorsqu'on regarde le % de conversion des 3 années à forces égales, celui-ci suit un mouvement inverse au nombre de temps passé sur le jeu de puissance.

Je ne crois pas que ce soit un hasard. Plus on pénalise (notamment l'obstruction), plus le jeu s'ouvre et plus les chances de marquer se succèdent. Si les DG veulent plus de buts, un simple examen les menant à demander aux arbitres d'êtres plus sévères sur certains gestes d'obstruction et d'accrochages aurait probablement beaucoup plus d'impact que de jouer dans l'équipement des gardiens.

C'est aussi un processus sur lequel ils ont un contrôle beaucoup plus fin que sur des histoires d'agrandissement de buts ou encore de réduction de personnel.

Aucun commentaire: