dimanche 3 mars 2013

20306: Pittsburgh 7 (P) Montréal 6

Aux tirs dirigés au filet comme au score, on voit que le CH a rendu coup pour coup aux Penguins. Aux chances? Ils se sont fait coller une râclée, encaissant l'extraordinaire total de 27 chances de marquer à forces égales, contre 16 collées aux Penguins. Une boucherie.

Therrien a effectué quelques permutations dans l'espoir de renchausser l'équipe, ce qui a plus ou moins fonctionné. Pour donner une idée du dilemme auquel il était confronté, Le CH a fait +9/-6 aux chances de marquer à 5 contre 5 alors que Plekanec ou White étaient sur la glace (20:45 de temps de glace à 5v5). Eller et Desharnais? +7/-18 en 27:28. Si un trio s'effondre, le coach peut souvent compenser en déplaçant quelques pions. Mais deux trios, c'est plus dissicile.

  • Le gros problème était, comme de raison, Crosby. Plekanec a fait +2/-2 aux chances contre Sid the Kid, le reste de l'équipe +0/-8. Il était donc risqué, comme l'a fait Therrien en troisième, d'envoyer Eller sur Crosby entre Gionta et Prust, mais le fait est que quelqu'un, quelque part, devait faire payer les Penguins lorsque Crosby n'y était pas.
  • Les événements prennent parfois une drôle de tournure. Le trio de Desharnais s'est souvent fait ramasser, privé de protection aux zones de mise en jeu. Et encore, même lorsqu'ils avaient des mises en zone offensive, il n'était pas rare de les voir instantanément débouler les marches jusqu'aux pieds de Price. Si c'était compréhensible lorsque confrontés à Crosby, c'était plus regrettable contre le trio sous leur responsabilité, Sutter, Neal et Cooke. C'est ici que la perte de Cole coûte présentement au CH, selon moi. Sans lui, Eller est selon moi déstabilisé en défensive et Therrien semble compenser en donnant plus de responsabilités à Desharnais, qui n'est pas vraiment fait pour ce genre de travail. +3/-10 aux TVF, +2/-6 aux chances contre ce trio.
  • Je pense qu'Eller va éventuellement s'ajuster à Ryder et reprendre du poil de la bête en défensive, mais ça n'est pas encore fait. Ramassé par Crosby et Sutter lorsqu'ils étaient échappés contre le top-6 (pas même deux minutes au total), Eller semblait aussi avoir de la difficulté à s'affirmer contre le 3e trio des Penguins. Rendu là, Therrien devait faire quelque chose et il n'était pas absurde de l'envoyer contre Crosby entre les deux meilleurs ailiers défensifs du club. 3 minutes passées contre le #87, +2/-2 aux TVF et 2 chances accordées. Pas les chars, mais le ballon que Gionta a passé à Vokun a amoindri le choc. Quand même, la composition et le rôle des deuxièmes et troisièmes trios sont présentement problématiques, notamment parce qu'Eller, Galchenyuk et Ryder n'ont pu tenir contre Kadri jeudi et Kennedy hier. Si ça finit par se tasser, tant mieux. Sinon, va falloir brasser la soupe. Mais je ne crois pas qu'une solution durable existe à travers le démantèlement du trio de Plekanec. Alors, quoi? Suspens!
  • Encore un bon match de la 4e ligne. Curieux à dire pour un trio qui ne génère pas de chances, je le sais, mais le fait est qu'ils ont épongé près de 3 minutes contre Crosby sans casser, en ne donnant qu'une chance de marquer, en fait. Si Therrien peut faire tenir un de ses trios du milieu, l'autre va pouvoir être gavé de mises en zone offensive, grâce au travail des plombiers.
  • Ron Reusch soulignait dernièrement sur son blogue que Gaston Therrien avait expliqué, lors d'un épisode récent de l'Antichambre (que je n'écoute pas), comment Michel Therrien a imposé un système "4-1". En gros, 4 joueurs attaquent la rondelle et le 5e reste en retrait, l'idée étant qu'il est presque impossible de traverser 4 joueurs en couverture rapprochée. C'est là, si je ne m'abuse, un système fort similaire à celui implanté par Guy Boucher à Tampa Bay. La chose m'avait frappé lorsque j'avais regardé un match opposant les Bulldogs de Hamilton au Crunch de Syracuse, club-école du Lightning qui a le même système. Si c'est bien le cas, on a un début d'explication quant à la très apparente lenteur de Markov et Emelin. Appelés à "pincher" agressivement, les deux Russes verraient donc leur manque de mobilité exposé plus régulièrement. Cet effet du système tempère un peu mes inquiétudes, si tant est que le risque soit compris et assumé. Absent Diaz, Therrien les a ramenés comme leveurs de fonte principaux. Si les choses tenaient avec Plekanec et, jusqu'à un certain point avec Desharnais, tout s'effondrait avec Eller.
  • Bouillon et Gorges ont été appelés à contrer Sutter/Neal en couverture principale et Crosby en secondaire. L'implosion fut totale et absolue. Lorsque réunis sur la glace, Gorges et Bouillon ont fait +4/-21 aux TVF, +1/-7 aux chances. Therrien s'est résigné et, en 3e, a réunis Gorges et Subban qui ont fait un peu mieux, +4/-6 aux TVF et +0/-3 aux chances. Pénible, dans les meilleurs moments.
  • Subban tire une ligne de stats monstrueuse, qui s'explique en deux temps. Appelé à jouer contre les 3e et 4 trios avec Kaberle, ils ont fait +19/-5 aux tirs, +7/-2 aux chances pour 5 mises en jeu en zone offensive et autant en zone défensive. Splendide. J'ai parlé plus haut du résultat ordinaire de la paire Subban Gorges. En deuxième et en troisième, Therrien (je ne sais trop pourquoi) a aussi réuni Subban à Markov pour près de 7 minutes, manifestement dans le but de rattraper le retard accumulé au score. 7 mises en jeu en zone offensive contre aucune en zone défensive et 6 entrées en possession contre une en possession nous confirment la chose. +4/-2 aux chances et +14/-3 aux tirs vers le filet. M'est avis qu'on va revoir ces deux-là ensemble lorsque le CH a besoin de buts. Personnellement, je les collerais l'un à l'autre tout au long du match, mais bon, semblerait que leur "caractère" est "incompatible" ou quelque chose du genre? Personnellement, je suis de ceux qui considère que dominer les meilleurs éléments adverse et être de toutes les situations critiques ensemble aide beaucoup à améliorer les relations interpersonnelles. Parce que ces gars-là préfèrent la victoire et la réussite aux mamours. Mais je peux me tromper.








4 commentaires:

Mathieu a dit…

Celle-la j'adore: "Personnellement, je suis de ceux qui considère que dominer les meilleurs éléments adverse et être de toutes les situations critiques ensemble aide beaucoup à améliorer les relations interpersonnelles."

Peut-etre que Bouillon contre les premiers trios n'etait pas l'idee du siecle mais qui aurait pu prevoir, imaginer même, que le petit 55 ne tiendrait pas dans un rôle de première paire défensive?

Il va bien falloir que Therrien se résigne et fasse jouer Subban comme le défenseur #1 qu'il est. L'utiliser pour planter les fonds d'alignement, ça passe contre la majorité de la conférence, qui va de correcte à putride, mais contre les Pittsburgh et les Boston de ce monde ça va être plus dissicile. Il était inévitable que Therrien se casse éventuellement les dents avec cette approche.

J'ai hâte de savoir ce qu'il va faire ce soir, d'ailleurs. Gorges-Bouillon, ça ne tiendra jamais le coup à long terme.

J'aime bien l'idée de mettre 79-76 ensemble de façon constante mais je pense que ça irait mieux avec Gorges-Diaz derrière eux. Quoique Emelin-Gorges pourrait avoir de la poigne, faudra voir. Mais centrer la défense sur 26-55, c'est intenable.

Autre option: 79-26, 74-76? Ça marcherait?

Faudra peut-être rentrer Weber au lieu de Kaberle, question d'avoir assez de défenseurs de droite.

Olivier a dit…

79/26 et 74/76 serait probablement l'idéal, question complémentarité des styles. Surtout si 74/76 sont enterrés aux mises en zone défensive. Mais faut ensuite gaver 22/55 de mises en zone offensive.

On n'en est pas là, je doute que Therrien soit rendu à séparer Emelin et Markov. La blessure de Diaz force la main de Therrien de toute façon, reste à voir quelle carte il jouera.

Je ne doute pas un instant que le match de ce soir contre Boston va être pénible et potentiellement humiliant: entre la deuxième paire défensive en plein désarroi et l'effet domino créé par le fait que le trio d'Eller ne semble présentement pas capable de tenir sans protection territoriale contre les 3e trios adverses, on est soit à l'heure des choix.

Olivier a dit…

Heu... soit à l'heure des choix, soit à l'heure des surprises. Pas fini ma phrase :P.

Mathieu a dit…

Je pense que la solution à court terme au dilemme du 3ème trio passe par Pacioretty. Je me demande, tiens, si on ne peut pas l'échanger avec Ryder. Ce dernier peut facilement profiter d'un trio d'exploitation tandis que Pacioretty me semble plus à même de tenir des minutes plus dure. Le problème, ici, est l'interversion des ailiers; faudrait peut-être échanger les deux ailers, pour faire 67-81-11 et 27-51-73.

Ou autre option, si on a peur de la défense de MaxPac: on met le 67 avec Plek (67-14-21 ne devrait pas avoir trop de misère) et on utilise Prust en défensive avec Eller.

Mais définitivement, il n'y aura rien à faire si on ne met pas deux paire solides derrière les avants, et ça, ça passe par la rétrogradation de Bouillon au profit de Subban. Qu'on arrange les 4 premiers comme on voudra; reste que ce sont ces 4-là qui doivent lever la fonte.

Ça pourrait faire mal, ce soir, mais je pense que les solutions existent.