mardi 26 février 2013

Ryder revient, Cole s'en va.

Il est toujours un peu difficile de se faire une idée sur un joueur qu'on n'a pas vu régulièrement depuis plusieurs années. Voici quand même quelques petites données concernant Michael Ryder à forces égales.


En jaune, les données qui me semblent les plus importantes. L'ami Ryder, à 32 ans, est encore durable, obtient une quantité décente de tirs au but pour un ailier de deuxième ou troisième trio, a la plupart du temps été dans un top-9 et n'a jamais été protégé outre mesure aux mises en jeu. À 10-15 buts à forces égales par saison, on parle d'une production honorable.

Ce que ce tableau ne nous dit pas, c'est la façon qu'à Ryder d'atteindre ces résultats. On sait de lui qu'il est surtout un finisher, mais après ça, faudra voir à l'usage.

J'ai beaucoup parlé de Cole cet été, à travers mon résumé de la saison de Desharnais d'abord, puis un autre couche au sujet de ce que lui et Pacioretty ont apporté au club. Son début de saison 2013 a été plus pénible, mais ça n'est pas faute d'avoir essayé:


Les décrochages entre ratios de chances de marquer et tirs vers le filet sont rarement durables et je crois qu'au total, Cole aurait comme d'habitude été chercher l'avantage aux chances et aux tirs si on avait continué à lui donner l'avantage qu'on lui a donné aux départs territoriaux. D'ailleurs, si tant est que la saison ne démarrait pas vite côté production, il n'était probablement pas à blâmer. Ainsi, voici la distribution individuelle des chances de marquer et des transports en possession de rondelle lorsque Cole était sur la glace à 5 contre 5:


Ainsi, plus du tiers des transports et des chances de marquer portaient sa touche personnelle. Pas exactement le signe d'un ailier sur le déclin.

M'est avis qu'on doit, en partie du moins, regarder du côté de Gallagher pour expliquer cet échange:



Si Gallagher, aujourd'hui à la droite de Desharnais, n'a pas la présence défensive de Cole, il a certainement démontré sa capacité à tirer pleinement parti de la protection territoriale que Therrien lui a donnée depuis le début de la saison. Et de ce que j'en ai vu contre les Rangers et les Sénateurs, Gallagher et Desharnais vont continuer à être gavés de mises en zone offensive.

Si le trio de Plekanec continue à courir les meilleurs éléments adverses et celui de White continue à prendre ce que Plekanec ne peut prendre en zone défensive, ça laisse un rôle relativement neutre au trio d'Eller. Cole aide certainement Eller dans ce contexte, mais le grand Danois est certainement moins dépendant de l'appui défensif de ses ailiers que ne l'est Desharnais dans le même contexte. En ce sens, ce que Cole apporte au-delà du rendement offensif n'a plus l'impact qu'il avait l'an dernier.

Rien de ce que je retrouvais dans les tableaux statistiques sur Prust ne m'avait annoncé le style de joueur qu'il était, la contribution qu'il pouvait apporter (je pense notamment à ce qu'il fait avec Plekanec et Gionta). Pour des joueurs comme Prust et Ryder, qui ne sont pas des ailiers de premier trio, mais sont quand même capables de remplir des rôles précis dans un top-9, c'est à l'usage qu'on voit vraiment ce qu'ils apportent.

À 34 ans et deux autres années à son contrat, Cole n'est plus une prime jeunesse. Ryder, deux ans plus jeune et libre comme l'air à la fin de la saison, donne donc encore plus de marge de manoeuvre à Bergevin pour la période des agents libres de l'été 2013. Si, instinctivement, Cole me semble être le meilleur joueur impliqué dans la transaction, les aires sur lesquelles il gagne sur Ryder (vitesse et surtout jeu défensif à 5 contre 5) ne me semblent pas être des pertes injustifiées vu ce que Bergevin gagne en flexibilité future. Il n'est pas dit que le #72, qui ne fait pas dans la dentelle, n'est pas à une blessure de devenir un albatros. Et puis bon, Bergevin semble insister sur les aptitudes de Ryder sur le jeu de puissance. Encore là, on verra.

Aucun commentaire: