mercredi 20 février 2013

20222: Caroline 0 Montréal 3

Au cours de la saison 2009-2010, Jacques Martin a eu besoin d'un bon 3 mois avant de prendre la pleine mesure de son club. C'était un peu long, mais le club était décimé par les blessures, ce qui n'aide pas la chose. Qui plus est, si le CH disposait d'éléments intéressants au sommet de l'alignement, le fond d'alignement, lui, était un peu bizarre, avec Metropolit et Lapierre comme centres #3 et #4 et une série d'ailiers aux rôles plus ou moins définis: Moen, Laraque, D'Agostini, Latendresse, Chipchura, et un certain Pacioretty.

Martin a pendant un certain temps flagossé avec Lapierre et Latendresse comme base de 3e trio, puis s'est fixé sur Moen, Metropolit et Pacioretty tout en travaillant à faire de Latendresse un joueur un peu plus "à la Holmstrom". Certaines décisions prises dans ces 3 mois ont été respectées par Martin tout au long de son séjour à Montréal, notamment l'utilisation de Plekanec comme premier centre défensif, adjoint de Cammalleri, pourtant fort mal outillé pour ce genre de travail.

Inversement, le trio de Metropolit / Moen / Pacioretty a abattu une solide besogne, puis s'est effondré lorsque Pacioretty a subi une blessure à l'épaule. Parce que Paicoretty ne marquait pas et qu'il était blessé, on a décidé qu'il n'était "pas prêt" et qu'il devait retourner à Hamilton. Ce n'est que lorsque Dominic Moore s'est amené en février que le CH a enfin retrouvé un troisième trio fonctionnel. C'est la suite des choses qui me permet de déclamer ainsi, sans me lancer dans de grandes démonstrations statistiques que, si Pacioretty ne marquait pas encore avec régularité, il était déjà un joueur qui poussait le jeu en zone adverse, ce que Moen et Metropolit n'étaient pas. Et je passe outre le cas de Latendresse (que les problèmes de dos semblent avoir fait dérailler).

Bref, un coach qui arrive en ville apprend à connaître ses joueurs sur le tas et va nécessairement en échapper quelques-uns entre les craques du plancher. C'est une crainte que j'avais vis-à-vis d'Eller; Therrien lui a donné de la glace, mais persiste depuis le début de la saison à le garder sur la 4e ligne. Mais voilà, la blessure à Gallagher et le hasard semblent avoir forcé la main de Therrien.

D'abord, la blessure de Gallagher a forcé Therrien à monter Eller dans le top-9, donnant son job de 4e centre à Ryan White (qui est fait sur mesure pour ce genre de travail). Envoyé à la droite de Desharnais pour remplacer Gallagher, donc. La séquence des présences à forces égales nous montre que les trios Prust / Galchenyuk / Cole et Pacioretty / Eller / Desharnais ont pris leur tour régulier, sauf quelques anicroches en fin de première pour cause d'unités spéciales. C'est important pour la suite des choses: Eller et Prust jouent en désavantage, Cole remplace Eller à la droite de Desharnais en avantage numérique:


Les présences à forces égales en deuxième période nous réservent toute une surprise:


Cole, Desharnais et Pacioretty ayant eu à travailler dans plusieurs avantages numériques, ils disparaissent de la rotation régulière! Rendu en fin de période, Therrien décide d'envoyer Eller, Galchenyuk et Prust prendre deux chiffres ensemble, histoire de ne pas complètement geler, je suppose.

Enfin employé au centre, Eller s'est immédiatement imposé. Libéré des tâches de centre qu'il ne sait pas encore accomplir et appuyé d'Eller dont la grande force reste la récupération de rondelles en zone défensive et le charroyage de puck jusqu'à l'autre bout, Galchenyuk s'est retrouvé à la position qu'il a occupée dans le junior depuis le début de la saison, poussé vers la zone offensive contre des 3e duos de défenseurs.

Therrien a rapidement constaté la chose et n'a plus retouché à ces combinaisons en 3e période:


On verra ben, mais j'ai vraiment l'impression (j'écris ces lignes après le match contre les Rangers) que tant Eller que Galchenyuk ne regarderont plus en arrière. Prust ne pouvait manifestement, aux yeux de Therrien, perdre sa place au profit d'Eller, mais le grand #81 a enfin pu mettre la patte sur le poste de 3e centre. Si valeureux soit Prust, il ne le dévissera pas et seules les blessures le garderont dans le top-9 lorsque Gallagher sera prêt à revenir. L'excellente 4e ligne du CH n'en sera que meilleure si à son tour il pousse Armstrong hors de l'alignement.

C'est probablement une situation similaire qui offrira une brèche à Subban dans le top-4 de la brigade défensive, plus tôt que tard. Avec la montée d'Eller dans le top-9, c'est l'autre grande zone d'amélioration que possède selon moi cet alignement. Diaz fait avec Gorges un travail remarquable, inespéré même. Et Therrien, de toute évidence, ne le "rétrogradera" pas au profit de Subban. Mais si tant est que les circonstances viennent donner une chance à ce dernier, il va s'engouffrer à son tour. Question de temps.









Aucun commentaire: