mercredi 18 juillet 2012

Desharnais et ses sbires

J'ai discuté, il y a de ça plus de quatre mois, de ce qui déjà en saison apparaissait comme des différences marquantes entre les règnes de Jacques Martin et Randy Cunneyworth. Une relecture de ce billet vous donnera une perspective plus précise sur ce que j'écrirai ici. Voici un lien vers l'article:

http://enattendantlesnordiques.blogspot.ca/2012/03/jacques-et-randy.html

Ayant en main les données pour la saison complète, je me suis dit qu'il serait intéressant de tirer un bilan portant sur les performances des joueurs. Après moult flagossages, j'en suis venu à ajouter un élément à ma base de données: utilisant les scores "CorsiRelative" attribués à chaque joueur sur le site BehindTheNet.ca (il s'agit d'un indice portant sur la capacité d'un joueur à aider son équipe à déclasser l'adversaire aux tirs vers le filet), j'ai attribué un score de "difficulté" à chaque moment passé par l'équipe sur la patinoire et divisé le tout en quatre groupes de taille égale. Cela nous donne donc quatre niveaux de compétition.



On constate ainsi que, contre les meilleurs adversaires affrontés, le CH a été lourdement déclassé sur le plan territorial, peinant à passer le cap des 40% de mises en jeu en zone offensive et de tirs vers le filet. Les chances de marquer sont à un niveau un peu plus élevé, mais je ne suis pas certain qu'il y ait là autre chose que l'effet du hasard.

La différence entre les règnes de Martin et Cunneyworth est intéressante:



Sans trop revenir sur les deux époques, l'effondrement du CH se confirme par son incapacité à même déclasser les fonds d'alignement. On ne s'ennuie pas de cette époque...

Mais l'intérêt réel de ces données repose, selon moi, dans ce qu'elles nous disent des performances des différents joueurs. Le plus simple est d'y aller par les principaux centres ayant joué pour le CH l'an dernier. Parce qu'on commence par le haut (on est du monde poli, s'pas?) on commence par Desharnais.

David Desharnais


Vue de Behindthenet.ca, la progression de Desharnais à 5 contre 5 est manifeste: après avoir plus que tenu son bout comme quatrième centre, il s'est imposé comme centre offensif dès sa seconde saison. Ce premier tableau nous montre de belles choses (le maintien d'un certain avantage du territoire, notamment) et un élément plus inquiétant: Deharnais ne tire presque plus au filet, une réalité en partie masquée par un pourcentage de réussite (13,1%) difficile à reproduire avec constance. Quand même, personne ne le voyait là.

Si on cherche à comprendre un peu plus précisément comment les choses se sont déroulées, deux éléments permettent de tirer les choses au clair. Primo, Desharnais a passé énormément de temps entre les deux meilleurs ailiers du club. Secundo, le changement d'entraîneur a, on l'a vu, chamboulé les schèmes d'utilisation du club.


Ce tableau nous indique que Martin protégeait Desharnais de manière beaucoup plus directe que Randy ne pouvait le faire. Sous Martin, DD passe 28% de son temps de glace contre le quart le plus exigeant des adversaires affrontés. Sous Randy, ça passe à 35%. Plus encore, alors que Martin fait de Desharnais un spécialiste de la mise en jeu en zone offensive, Randy ne semble pas trop s'attacher à surveiller la chose. Pourtant, les pourcentages de TVF et de Chances de Desharnais restent, au total, stables tant sous Randy que Martin.

Sachant que l'équipe régresse en passant d'un coach à l'autre, on peut déjà soupçonner que Desharnais s'est amélioré au fil de la saison.


Mais outre son amélioration personnelle, on doit d'abord souligner l'importance que prennent ses deux ailiers. Le tableau ci-dessus nous offre une division des chiffres de Desharnais selon qu'il est accompagné de Cole ET Pacioretty ou non. Entendre par là que les données de la section  "Sans Pacioretty Cole" comprennent tout de même les situations avec l'un ou l'autre des deux joueurs.

Les 700 quelques minutes passées en compagnie de ses deux sbires sont de vraies minutes de centre #1, avec 37% du temps de glace contre les meilleurs éléments adverses. Les pourcentages de chances sont flatteurs, mais les TVF, eux, restent collés sur les ratios de mises en jeu. En d'autres termes, si ce trio a su générer nombre d'occasions de marquer, ils ne démontrent pas pour autant une réelle et constante aptitude à renverser la vapeur au niveau territorial. Ça me porte à croire deux choses:

  1. Si on rejoue la même saison de A à Z, on doit s'attendre à ce que le ratio de chances régresse vers celui des TVF et non l'inverse. Ça n'enlève rien aux montées à l'emporte-pièce d'Erik Cole, mais ça remet les choses en perspective.
  2. Si on retourne aux deux premiers tableaux, on constate que l'équipe est outrancièrement dominée territorialement parlant par le premier quart des adversaires affrontés. Le gros trio a fait mieux, mais principalement sur la foi de situations plus favorables aux mises en jeu. En ce sens, si leur capacité à générer des chances est intéressante, on ne parle pas non plus d'un authentique trio de leveurs de fonte. En ce sens, le retour d'un entraîneur (Therrien) qui semble comprendre la gestion des mises en jeu par zones sera probablement fort bénéfique à Desharnais et ses ailiers, quels qu'ils soient. Le tableau suivant en fait foi.



La qualité des adversaires affrontés par le trio DD/MaxPac/Cole a considérablement augmenté sous Randu, on le voit ici clairement. Les mérites de la méthode Martin (qui sera aussi, espérons-le, la méthode Therrien) sont ici bien illustrés: à 54% de TVF et plus de 60% des chances de marquer, ils ont généré une tonne d'opportunités offensives. C'était pour moi, au cours du premier tiers de la saison, une constante source d'émerveillement que de voir Cole et Pacioretty coller des matchs de 5, 6 voir  7 chances de marquer à forces égales. Entre la baisse des mises prises en zone offensive et la hausse du temps de glace passé contre les meilleurs adversaires, ces matchs-là sont devenus beaucoup plus rares après le temps des fêtes.

J'ai parlé plus haut d'une certaine amélioration de Desharnais au fil de la saison. Celle-ci est assez apparente lorsqu'on isole les 407 minutes qu'il passé sur la glace sans ses deux ailiers réguliers à la fois.



Mes requêtes ne sont pas encore au point, je ne suis donc pas capable de mettre Desharnais sans ni l'un ni l'autre. Sous Martin, c'est près de 100 des 250 minutes recensées que Desharnais passe avec Cole et... Cammalleri! Sitôt séparé de ces deux-là, Desharnais sombrait corps et biens, malgré les attentions de Martin:


Sous Randy, ce gouffre disparaît. Si au total les choses restent peu glorieuses, on n'est pas tant en présence d'un effondrement que d'un joueur qui, vaille que vaille, tente de survivre dans des conditions hostiles.

À considérer ces différents éléments, je ne vois pas comment Desharnais peut être envisagé comme autre chose qu'une solution de rechange, en attendant mieux. Sa véritable place est sur un trio offensif, c'est-à-dire un trio que l'entraîneur s'attache à gaver de mises en jeu en zone offensive et à peupler de joueurs talentueux.

À savoir s'il est le centre à mettre entre Pacioretty et Cole, deux ailiers qui excellent non seulement en zone offensive, mais aussi dans l'art de remonter le courant, je ne le crois pas. Je comprends ce qui a mené Martin à se les attacher comme premier trio, mais au bout du compte, je pense que les succès de l'équipe passent par la séparation de cette unité. J'entends préciser la chose dès le prochain billet, qui sera un exercice similaire centré sur Plekanec.

7 commentaires:

Vanhouse a dit…

J'imagine que tu le sais que tu n'as pas vraiment besoin de nous (tes lecteurs)convaincre. N'empêche que les chiffres d'utilisation sous Randy sont assez proche de ce que l'on pourrait imaginer du roulement de trio 1-2-3-4. Tout de même désolant.

DD - Eller - Cole
serait parfait pour prendre des 2e charges de travail défensive, sans être dépassé par les plus difficiles.

Je vous laisse deviner l'autre trio.

Olivier a dit…

En fait, je mettrais DD-Eller-Moen/Leblanc.

J'ai un peu botché le texte alors ça ressort mal, mais je voulais rappeller qu'à mon sens, le gros problème de ce trio est que Desharnais est un *excellent* joueur d'exploitation, que ce soit au centre ou à l'aile, alors que Cole et MaxPac sont trop bons, trop complets pour être des joueurs d'exploitation.

Tu les mets ensemble et ils font la job, mais dans les faits, ça n'est juste pas un usage optimal.

Vanhouse a dit…

Tu vois là je suis moins en accord.
C'est certain que de "gaspiller" Cole et Paccio dans des minutes plus "faciles" c'est surtout dommage pour Plekanec. Mais en même temps, au niveau ligne capable de produire des chances, je ne crois pas que le CH aurait pu en faire une meilleure.
Tu as raison que DD est un excellent joueur d'exploitation et est plutôt limité à ça. Par contre, je crois que à l'aile il pourrait mieux faire le travail en défensive.

C'est pourquoi que je mettrais
Pac-Plek-Gionta
DD-Eller-Cole

Pour moi c'est ce que l'on peut faire de mieux en terme de top 6 avec notre line-up. C'est dommage pour nos 6 de fond d'alignement.

Si tu mets DD-Eller-Leblanc, trio que j'aimerais bien, ça veut dire que tu mets Bourque-le gars là-Gionta/Cole. Il faut croire que l'on a tendance à l'oublier lui.

Olivier a dit…

"Si tu mets DD-Eller-Leblanc, trio que j'aimerais bien, ça veut dire que tu mets Bourque-le gars là-Gionta/Cole. Il faut croire que l'on a tendance à l'oublier lui."

Galchenyuk?

:)

Vanhouse a dit…

Non, lui je ne l'oublie pas.

Roke a dit…

Comments in English because I've misplaced my French-English dictionary:

Splitting up the Martin/Cunneyworth portions of the season was valuable. Thanks for that Olivier.

Even when Cunneyworth had a very good group of players together he didn't maximize their usage by giving the more offensive opportunities.

I like the idea of putting Desharnais on Eller's wing if Gomez is back with the team. Give that line fairly soft minutes, give Plekanec a couple of decent wingers in hard and tough matchups, and have Gomez as the 3rd-centre with Moen and somebody starting a lot in the defensive zone.

Vanhouse a dit…

Totally agreed with you Roke.
I really think a
Moen-Gomez-Leblanc/Armstrong as 3rd (or 4th) line can take a lot of big opposition minutes.

But, I don't think the fans will accept the Gomez thing and the DD thing....It will need some guts by our new coach.