samedi 14 janvier 2012

Bourque

C'est Scott Gomez qui va être content, pile-poil au moment où il revient de blessure, le galeux de service se fait échanger. La gent journalistique va donc pouvoir continuer à passer 14 heures par jour à discuter du nombre mois passés sans que Gomez ne marque de buts et, une fois que ça sera fait, du nombre de buts par saison qu'il compte par rapport à Desharnais.

Ils vont être pénibles à supporter d'ici la fin de la saison. Je parle des journalistes, pas de l'équipe...

Au bout du compte, cet échange se justifie par le fait que le CH libère de l'espace sous le plafond tout en gardant occupé un poste d'ailier de deuxième/troisième trio. Commençons par le joueur.


Parlons de René/Rene

Y'a un truc chouette au sujet des Flames. Ils sont suivis par une trâlée de blogueurs qui sont au coeur de la mouvance des blogues statistiques. On a donc accès à un tas de données, dont les chances de marquer.

Behindthenet.ca nous indique que Jokinen et Backlund sont les deux premiers centres de l'équipe: ils semblent affronter les meilleurs éléments adverses et Backlund prend beaucoup de mises en zone défensive tout en surclassant ses adversaires aux jeu territorial. J'ai donc séparé le temps de glace de Bourque selon qu'il était ou non sur la glace avec un de ces deux joueurs de centre. Ensuite, j'ai aussi indiqué les performances des Flames lorsque Bourque n'est pas sur la glace en séparant encore une fois les choses en deux groupes, soit avec Backlund/Jokinen ou sans.

Ça nous donnes une vague, très vague idée de ce qui se passait chez les Flames en fonction de la qualité des adversaires affrontés.

J'ai aussi ventilé les données en fonction du score; comme je l'avais noté précédemment en observant les stats de Plekanec, le rôle de certains joueurs change lorsque le club prend les devants où tire de l'arrière.


Bourque semble avoir, de manière générale, avoir été utilisé dans un rôle relativement défensif lorsqu’employé avec les deux premiers centres. Les résultats sont rarement concluants. Plus embêtantes encore, pour moi, sont ses performances avec des centres de fond d'alignement avec le score égal. On ne sait pas trop ce qui se passe dans le détail et il est donc difficile de trouver des excuses (étaient-ils appuyés par de bons défenseurs? Jouaient-ils contre les meilleurs éléments averses?). Les choses semblaient plus simples lorsqu'il appuyait un bon centre dans des circonstances favorables, mais encore là...

Reste un constat: Bourque semble être un joueur que l'on n'hésitait pas à employer pour aider les leveurs de fonte à jouer dans leur zone. Si on ajoute à ça qu'il semble être un tireur relativement prolifique qui joue aussi en avantage et en désavantage numérique, semble bien que Gauthier a acquis un genre d'ailier de deuxième ou troisième trio, un joueur complémentaire de top-9 dont les performances sont à la remorque de ses coéquipiers. J'ai bien hâte de le comparer à Kostitsyn. Ce sont probablement des joueurs différents quant au style, mais concrètement, ils semblent flotter dans les mêmes zones de l'alignement.

On a beaucoup dit de Bourque qu'il est "inégal". Outre la question de la constance dans l'effort, ça sent l'effet de matchup à plein nez. Kent Wilson, de Flames Nation, a aussi indiqué que Bourque était parti dans le drain depuis le départ de Daymond Langkow. Si on remonte dans le temps, on constate que Bourque partait plus souvent en zone offensive et ne prenait pas nécessairement des minutes de top-6 (il est 6e pour la qualité des adversaires affrontés chez les avants Flames ayant disputé au moins 20 matchs cette saison).

Parlons plafond


Chris Topham, de l'excellent site Lions in winter, a souvent insisté sur un point: les observateurs de la LNH accordent une importance démesurée à l'espace dont jouit une équipe sous le plafond salarial. Au bout du compte, pour une équipe comme le CH, cet espace inoccupé reste toujours un avantage non utilisé. On doit donc déduire que le fait de combler un poste qu'on n'a jamais vraiment cherché à combler ces dernières saisons (celui de genre d'ailier de 2e/3e trio payé genre 3 millions) en sortant Cammalleri de l'équation signifie que l'équipe à l'oeil sur le marché des agents libres.

À l'interne, les deux gros noms sont Price et Subban. Ici, il est utile de faire un détour. Prenez l'entente entre Tyler Myers et les Sabres de Buffalo: le contrat couvre 7 saisons, soit les 4 dernières saisons où Myers serait agent libre avec restrictions et 3 saisons où il serait éligible à l'autonomie complète. Chacune des 7 saisons occupe 5,5 millions sous le plafond salarial et, au-delà de la structure des paiements, l'idée est ici de "subventionner" les 3 saisons d'autonomie complète en concédant un plus grand salaire lors des saisons d'autonomie restreinte.

Les discussions portant sur les contrats de Price et Subban font selon moi trop souvent abstraction du comportement passé du CH. L'équipe, pour tout dire, ne signe jamais de contrats à long terme avec des joueurs qui ne disposent pas de l'autonomie complète. L'idée, de ce que j'en comprends, est de ne pas laisser les contrats de joueurs sous contrôle de l'équipe empiéter sur la quantité de fric que l'organisation pourrait par ailleurs envoyer à un joueur autonome.

C'est la raison pour laquelle je reste dubitatif face à la possibilité de signer Price et Subban à long terme. Le premier jouira de l'autonomie complète dans deux ans, le second dans 4 ans. Si on les signe tous les deux pour deux saisons, ça nous mène au moment où les contrats de Gomez, Markov, Kaberle (on est peut-être pris avec...) et Gionta arriveront à échéance, un total d'un peu plus de 22 millions pour quatre joueurs. Je rappelle aussi qu'un contrat à très long terme, s'il baisse le coût annuel des années d'autonomie complète, augmente celui des années d'autonomie restreinte. Pas mal certain qu'il serait possible de signer Price pour 5 millions et Subban pour 3 millions par saison pour deux ans. Si tant est que je ne sois pas dans le champ, on se retrouve alors avec le club suivant:



  • J'ai tenu pour acquis qu'on ne se débarrasserait de personne d'autre. Ça n'arrivera pas, bien entendu. Kaberle va fort probablement sauter et la versatilité d'Emelin (joue à gauche comme à droite) laisse entrevoir la possibilité d'un défenseur agent libre, un #3-4. En fait, je ne serais pas surpris de voir Gauthier faire une frappe préventive et aller chercher son homme d'ici la date limite. Allez voir le classement; on ne descendra pas plus et on va fort probablement remonter. De combien d'échelons êtes-vous prêts à descendre dans le repêchage pour avoir les droits sur Ryan Suter, mettons? Un gars comme Beauchemin ne nous poussera pas très loin cette saison, mais serait diablement utile (et ne demanderait pas de domper autre chose que Kaberle). Ainsi de suite.
  • Kostitsyn aussi pourrait être ramené à cause de sa versatilité. Le fait est que Bourque comme deuxième ailier gauche, ça n'est pas nécessairement les chars. Entre Bourque, AKost, Desharnais à l'aile et Leblanc en embuscade (je ne lui donne pas plus de 20 matchs à Hamilton l'an prochain), ça commence à faire du monde pour les 2e et 3e trios.
  • Je garde Gomez. Primo, Desharnais n'est pas si bon que ça au centre dans les minutes dures et secundo, il n'y a tout simplement pas de centres sur le marché. Remarquez, si Gauthier a réussi à sortir Cammalleri contre un joueur de la même position, inférieur mais quand même de calibre top-9, c'est probablement faisable avec Gomez aussi. Ça implique quand même un entraîneur qui comprends que Desharnais est le 3e centre du CH, et non pas Plekanec.
Quand même, on réalise qu'au bout du compte, si on ne sort que Kaberle, ça donne environ 5 millions à jouer sur le marché des agents libres. Est-ce qu'un Cole 2.0 traînera dans les parages au premier juillet? Je pense que Semin va s'y rendre, Washington doit payer Green et Wideman et ils ont pas mal d'attaquants. Mais il va coûter bonbon. Parise? N'y pensez même pas. Après, je pense qu'on tombe à Ales Hemsky, cas intéressant s'il en est un, mais aussi un ailier droit; s'il s'en vient ici, ça sort AKost ou le pousse à gauche (et dans ce dernier cas, qu'advient-il de DD?). Pas sûr.

Alors voilà, on attend la suite.

3 commentaires:

Mathieu a dit…

Il y a une autre chose qu'on peut faire pour remplir l'espace salarial: un échange. Si une équipe veut se débarasser d'un haut salarié, il est bien rare qu'elle va obtenir un salaire équivalent en retour (comme dans l'échange de Cammalleri, d'ailleurs). Le Canadien s'est mis dans une position où il peut accepter de dépanner une équipe pauvre qui ne veut plus payer un de ses joueurs de premier plan.

Des choses à penser pour le successeur de Gauthier. Quand même, celui-ci ne sera pas à plaindre: un vrai alignement de la LNH, un budget de joueurs pratiquement illimité, un choix au repêchage raisonnablement élevé, un peu d'espace sous le plafond, et des attentes ridiculement basses de la part de médias qui vont penser que le CH est absolument pourri et voué aux bas-fonds. Et il pourra prendre le crédit d'avoir redoré le blason d'une organisation autrefois respectée. Il y a des manières pires de commencer une carrière de DG.

Bien d'accord avec toi et Chris sur l'importance démesurée qu'on accorde à l'espace sous le plafond. Celui-ci n'a de valeur que s'il est utilisé, un trou dans le plafond n'ayant que rarement compté plus que buts que Gomez. On ne cherche pas à maximiser l'efficacité totale, on cherche à dépenser tout notre argent de manière le plus efficace possible. Il est préférable de payer 5 millions un joueur valant 3 millions, si l'alternative est d'avoir un trou de 5 millions dans le plafond.

Reste quand même que si échanger Cammalleri n'était pas vraiment brillant à ce stade, ça augmente quand même l'efficacité potentielle du Canadien, le #13 souffrant abondamment du relâchement de l'application des règles de l'obstruction et n'étant pas un maître à 5 contre 5. Le Canadien, de la façon dont il est constitué, serait mieux servi par un deuxième Cole ou même un autre Gionta, quelqu'un qui peut pédaler à forces égales. Le PP va bien finir par se replacer de lui-même.

Olivier a dit…

Je n'avais pas pensé au relâchement des règles comme nuisances poru Cammalleri, mais ça y est peut-être pour quelque chose.

Mais je pense que ce qui aura été fatal à Cammalleri, c'est d'être ainsi attaché à Plekanec. Lorsque ce dernier a été tiré au feu par Martin (qui manifestement s'accrochait désespérément à son job), Cammalleri a coulé avec.

Très bon commentaire sur Eyes on the prize: si Cammalleri ne jour pas au moins deux périodes à Boston, le match n'aurait pas compté comme un des matchs de suspension de Bourque, qui n'aurait alors été disponible qu'après le match des Rangers? Quelqu'un a confirmation?

Mathieu a dit…

Je ne pense pas que ce soit vrai. Si ca l'est, ça a probablement plus rapport avec le moment du début du match de Calgary qu'avec le fait qu'il fallait deux périodes de jouées à Boston.

Je pense que, rapport à la suspension de Bourque, il fallait juste que l'échange n'arrive pas "entre" les deux matches. S'il arrive avant, Bourque ne joue pas à Boston et contre Ottawa, revient au jeu dimanche. S'il arrive après, comme on le voit, il ne joue ni contre Anaheim ni contre Ottawa, revient au jeu dimanche. Si l'échange a lieu entre les matches, Bourque doit encore purger deux matches de suspension et rater le match de dimanche.

Darren Dreger, sur le site de TSN, décortique avec beaucoup de précision la raison du timing de l'échange. Mais en gros: quand l'échange a été décidé la fiche de l'alignement du CH avait déjà été donnée et on ne pouvait plus retirer Cammalleri de l'alignement. La ligue ne permet pas un "trade call" sur un joueur qui est en train de jouer, donc Cammalleri a été retiré du match (et non, comme on le suppute, pour éviter qu'il soit blessé). La ligue a par la suite accepté qu'on ajourne le "trade call" jusqu'après le début du match à Calgary, pour "brûler" un match de suspension de Bourque.