lundi 22 août 2011

Qui contre qui et pourquoi?


Pierre Gauthier n'aura pas été trop remuant cet été. Pas pour rien; le haut de l'alignement est peuplé de joueurs dans la force de l'âge jouant sur des contrats à long terme, le fond de l'alignement est un mélange de vétérans en fin de contrat et de jeunes ayant gradué l'an dernier et, parce que plein de jeunes sont passés à la LNH l'an dernier, ben y reste plus grand monde à Hamilton pour voler une job à quelqu'un.

Un été peinard, donc. Sauf pour ceux qui doivent continuer à écrire sur le CH. Dissicile...

Plus tôt dans l'été, j'ai publié un billet expliquant comment j'avais concocté un indice de qualité des adversaires affrontés à partir de ce que publie le site behindthenet.ca... Ceux qui ne l'ont pas lu pourront le lire ici : Qualcomp, un bel outil.

Pour faire court, cet indice prend la qualité des adversaires affrontés par chaque joueur et, pour chaque événement consigné dans les feuilles de matchs de la LNH, fait la moyenne des indices en question pour chaque équipe. Lors de la première mise en jeu de la saison, les 5 joueurs mis sur la glace par les Leafs (Phaneuf, Beauchemin, Armstrong, Sjostrom et Tim Brent) avaient un indice de 1.15 et les 5 du CH (Gorges, Gill, Gionta, Gomez et Pouliot) avaient un indice de 0.92.

Sans trop rentrer dans les détails de l'indice, disons qu'il surestime probablement les joueurs employés dans des minutes "dures", c'est-à-dire ceux que le coach envoie systématiquement dans des missions défensives.

Ainsi, chez les Capitals de Washington, Ovehckin a un indice de difficulté de 1.6 alors que Brooks Laich en a un de 3.1 ; chez le Lightning, Adam Hall en a un de 3.08, Nate Thomson de 3.10, alors de Saint-Louis est a 2.0, Stamkos à 1.9, Lecavalier à 1.4. À Boston, Chara et Bergeron arrivent en tête de liste, à 2.5...

En gros, mon indice de difficulté donne comme plus redoutables ceux des joueurs que leurs coaches envoient systématiquement contre les meilleurs éléments adverses. Mon indice de difficulté n'en est donc pas tout à fait un, mais il nous permet quand même de voir ce que les coaches cherchent à faire.

Parce que les St-Louis et Ovechkin de ce monde jouent énormément et que les coaches adverses cherchent systématiquement à les contrer, ces joueurs ont des minutes "dures". Mais Boudrault et Boucher usent aussi systématiquement d'un trio défensif (ceux de Laich et Hall) pour "occuper" les meilleurs éléments adverses. En procédant ainsi, ils augmentent les chances que leurs attaquants d'élite mettent la patte sur un fond d'alignement, ce qui contribue à maximiser le rendement de leurs joueurs dangereux en leur donnant de la glace contre les adversaires plus faibles.

Parfois, donc, les joueurs de minutes "ultra-dures" identifiés par mon indice sont les compagnons de route de joueurs d'élite que l'on cherche à faire produire.

Mais ça n'est pas toujours le cas. En fait, la plupart du temps les meilleurs sont appelés à affronter les meilleurs; c'est le cas pour Patrice Bergeron, Datsyuk et Zetterberg, Staal ou encore Plekanec. Ces joueurs ont à protéger leurs fonds d'alignement et, autant que possible, surclasser leurs adversaires. Rares sont ceux qui, chargés de cette mission, passent la rampe de 70 points.

Jacques Martin, donc, utilise ses meilleurs éléments pour protéger son fond d'alignement. La chose s'exprime de manière particulièrement claire lorsque l'on s'attarde aux mises en jeu. En situation défensive, Martin use en fait de "trios" particuliers: certains joueurs de centre et certains duos de défenseurs se retrouvent systématiquement dans les situations difficiles.

Le tableau suivant donne le nombre de mises en jeu en zone défensive prises par différents duos de défenseurs, en fonction du joueur de centre présent. On retrouve, pour chaque "Trio" (2 défenseurs + 1 centre), deux éléments, soit le nombre de mises en jeu (N) et la moyenne de l'indice de difficulté des 5 joueurs adverses présents (Dif.).



  • Sur la dernière ligne du tableau, d'abord. La différence entre Plekanec (coefficient de 1.29 sur 304 mises en jeu), Gomez (1,02 sur 254 mises) et les autres centres du CH (0,29 sur 451 mises) crève les yeux. Plekanec a le gros des responsabilités, mais une fois Gomez passé, il ne reste plus beaucoup de "leveurs de fonte" à affronter. C'est ce qu'on appelles protéger son fond d'alignement.
  • Regardez le niveau de difficulté des mises en zone défensive des "autres" centres. Les deux plus hauts scores sont obtenus avec Spacek / Hamrlik (0,79) et Gorges/Gill (0,78). Ces deux duos de défenseurs ont disparu de la carte après les fêtes et leurs scores défensifs coïncident avec la période de la saison pendant laquelle Desharnais n'était pas encore arrivé, Eller était encore vert et Halpern agissait comme 3e centre défensif.
  • De manière générale, on voit que Hamrlik laisse un gros trou derrière lui. Sur le strict plan des aptitudes, je n'en doute pas un instant: Markov lui est supérieur. Mais si le Général passe encore au hachoir... L'explosion de Subban l'an dernier a masqué ce fait, mais absent le vieux Hamr, l'équipe est plutôt sans filet. Ça me fait dire qu'on mise gros sur Yemelin. Si Markov tombe, c'est Gill/Gorges, Subban/Yemelin et on espère que les Islanders aient envie de domper Streit. Genre.
  • Angoisser sur les blessures de Markov en plein mois d'août, c'est un peu too much, alors parlons de Subban. La ligne Subban/Picard nous montre comment il était protégé en début de saison: peu de mises en zone défensive contre des éléments dangereux, mais beaucoup contre les pochetrons. C'est ce genre de passes passes qui, selon moi, sont la force de Jacques Martin: si Subban et Picard étaient mis sur la glace, c'est dans une situation qui leur permettait de contribuer positivement. Une fois les blessures arrivées et la graduation de Subban confirmées, Martin a répété le même manège avec Weber. Mara et Sopel ont aussi été tenus loin des eaux profondes.
  • Parce que la 3e paire de défenseurs et les deux derniers trios sont composés d'éléments fragiles mais capables de contribuer dans un environnement contrôlé, on constate que les deux premiers duos de défenseurs ont des assignations relativement proches l'une de l'autre, idem pour les deux centres. On peut mettre énormément d'emphase sur les différences entre Gomez et Plekanec ou encore entre Gill/Subban et Wisniewski/Hamrlik (elles sont réelles et significatives), mais le fait est que, dans l'équipe telle qu'elle est présentement constituée, *la* grosse marche, c'est passer dans le top-4 en défensive ou dans le top-6 à l'attaque. Tout est là.

6 commentaires:

Stephan Cooper a dit…

I imagine that we will see a lot of Plekanec-Gill-Subban as the defensive trios against top lines this year while Gomez-Markov-Gorges gets the seconds. That first one is a very strong shutdown group, probably one of the top in the East.

The overall strategy will probably be to contain the opposition's best players 5 on 5 while using the middle part of the lineup and special teams to earn the positive goal differetial.

Olivier a dit…

What intrigues me is the 4th line center and 13th forward spot. If Palushaj or Trotter (!) take it, then we have and Desharnais duking it out as a 3rd C.

If it's Engqvist, then I think it means we get to see Martin overload the 3rd line with DD, Eller and the 7th top-sixer.

Those numbers tells us that, because Gomez and Pleks both sop up so much tough minutes, there is a lot of soft minutes for the bottom of the lineup. Having a loaded 3rd line taking around 10 minutes at ES and a 4th line made of special teams specialists taking only 4-5 minutes at ES is the scenario I'd like to see. My guess is we'd get more goals out of that configuration.

Olivier a dit…

"Then we have Eller and Desharnais duking it out as the 3rd C and one of them rotting on the 4th" is what I wanted to write.

Mathieu a dit…

D'autre part, la profondeur grandissante du CH fait que la démarcation pourrait peut-être être moins grande entre le top6/4 et le reste. Surtout en défense; s'ils voient Yemelin aussi gros, une troisième paire Yemelin-Spacek peut probablement gober plus de difficulté que, genre, Mara-Sopel. Mais le trio "loadé" DD-Eller-MaxPac (ou Moen-Eller-MaxPac ou autres variations) peut probablement se faire passer pour un top-6 à l'occasion.

Martin aura des munitions.

Vanhouse a dit…

Ces derniers chiffres sont impressionnants par leur clarté.
Sauf que ce que ça ne dit pas c'est les conclusions de ces utilisations.
Mais bon, selon si le coach continue ou non, il faut considérer que c'est bon...
Je crois que peut importe le fond d'alignement, Martin n'utilise pas vraiment d'autre centre de façon régulière contre les meilleurs adversaires que ceux qu'il désigne comme 1er et 2e. Si oui ce sera en mise en jeu offensive, avec par exemple, Subban à la pointe.

Autre point qui ajoute au poids de ton tableau est que Plek et Gomez on joué pratiquement tout les matchs.

En voyant ton tableau, je crois que l'on peut se questionner sur l'importance d'un Halpern. Le CH vient-il de le réaliser...j'en doute.

Il serait intéressant de voir les même chiffres pour une autre équipe / coach.
Je ne te demande pas ça Olivier...

Je m'ennuie déjà de Hamrlik.

Olivier a dit…

@vanhouse: en fait, je pense que c'est une bonne base pour faire des "cartes de joueurs". Mais pour d'autres équipes, c'est pas évident; Calgary, par exemple, tourne son premier trio autour de deux ailiers et ses autres autours de centres.

Ce qui va bien avec le CH, c'est que non seulement Pleks et Gomez ont fait la presque totalité des matchs, mais ils ne jouent jamais ensemble.

Pour ce qui est de Halpern, il était là en attendant Eller et le Danois et Desharnais ont pris son job: Desharnais prends plus de mises en zone défensive, mais exclusivement contre des 3e-4 lignes et Eller a pris pas mal des chiffres restants contre les top-6 une fois Gomz et Pleks passés.

Si Gauthier ramasse un centre d'ici le camp, ça va être un genre de Jim Dowd, un gars encore plus strictement 4e ligne que Halpern (qui était franchement une aubaine) pour laisser Martin caser Desharnais et Eller dans le top-9. Ça se peut bien qu'il ne bouge pas, donc.