dimanche 30 janvier 2011

Les centres

Quatre mois derrière la cravate, encore deux et des poussières à faire. Un petit "check-up"? Au lieu de faire un gros tableau, j'envoie plutôt des tableaux isolants les principaux joueurs de centre du CH, soit Pleks, Gomez, Halpern, Eller, Desharnais et Boyd.

Si j'en ai le temps, je tâcherai de faire de même avec les principaux ailiers du top-9, soit Cammalleri, Kostitsyn, Pacioretty, Gionta, Darche et Pouliot. Je ne crois pas avoir le temps de faire les défenseurs rapidement, mais sait-on jamais.

J'utilise toujours les mêmes indicateurs...

  • TVF (Tirs vers le Filet, soit les Tirs au but, les tirs bloqués et les tirs manqués), qui nous permet d'évaluer dans quelle zone le jeu se déroule lorsqu'un couple de joueurs se retrouve sur la glace
  • MENJ (mises en jeu), nous indique la présence du joueur sur des mises en jeu en zone offensive ou défensive (exclut donc les mises en zone neutre). La présence aux mises en jeu était directement liée à la volonté de l'entraîneur, ça nous donne une idée de ce que Martin cherche à faire avec un couple de joueurs.
  • Chances; les chances de marquer que j'ai compilées depuis le début de la saison. La description exacte de ce que je considère une chance est inscrite à la gauche de cette page.
Quelques notes sur les tableaux
  • Ce sont des croisements permettant de voir ce qu'un joueur fait sur la glace avec un autre joueur. Il s'agit des résultats à forces égales; le temps passé sur jeu de puissance et le désavantage numérique n'a donc pas d'impact sur ce qui est écrit ici.
  • Les cases en bleu indiquent que la majorité des événements se retrouvent dans cette partie du tableau.
  • La dernière colonne de chaque tableau indique ce que le joueur a fait avec les gardiens de but du CH, ce qui donne donc sa performance globale.
  • Deux indicateurs marquent les TVF, Chances et MENJ; la colonne "N" indique le nombre d'événements survenus lorsque ces deux joueurs sont ensemble sur la glace, la colonne % indique la part de ces événements en faveur du Canadien:
    • N 50  et 60% pour les TVF et les chances de marquer veut dire que, sur 50 événements, 30 ont été créés par le CH et 20 par l'adversaire.
    • N 50 et 60% pour les MENJ signifient que sur 50 mises en jeu, 30 ont eu lieu en zone adverse et 20 en zone défensive. Il ne s'agit donc pas ici de savoir qui a gagné la mise en jeu, mais de savoir où elle a eu lieu.
Voilà pour la poutine. Place aux joueurs.


Plekanec connaît une saison exceptionnelle, on le sait tous. Quelques éléments sautent ici aux yeux.
  • Beaucoup de mises en jeu en zone défensive pour commencer l'année, mais la tendance s'est inversée depuis le mois de décembre. Est-ce à dire que les tâches défensives de Pleks se sont allégées? Ça n'est qu'une impression alimentée par les pourcentages de Halpern (je sortirai les chiffres quelque part en février), mais le CH a passé beaucoup de temps à jouer avec une avance pendant les deux premiers mois de la saison. Qui dit avance à protéger dit repli défensif, qui dit déficit à combler dit appui offensif (et mouvements inverses de l'adversaire). Dans les deux cas, Pleks est au coeur de l'action, ses pourcentages suivent donc ceux de l'équipe.
  • Si Kostitsyn a connu une léthargie de deux mois, c'est bien malgré sa présence aux côtés du #14. Sur le seul angle de ces données, c'est plutôt le couple Cammalleri/Plekanec qui a piqué du nez en janvier. Reste qu'au total des TVF, force est d'admettre que le 14 n'a pas été tenu loin du 46 très souvent.
  • En fait, c'est Eller qui apparaît dans le décor en janvier, avec des résultats plutôt moyens. Semble bien que le 13 et le 81 ne faisait pas tout à fait le poids pour les missions que devait quand même remplir Pleks. Je ne serais pas surpris de voir Pacioretty monter avec AK46 et Plekanec au retour de Cammalleri, ce dernier rejoignant alors Gomez et Gionta.
  • Mauvais mois de novembre pour Gomez, après un mois d'octobre torride aux pourcentages. Et je dis mauvais novembre, ça n'est qu'une fois séparé de Gionta que les choses se sont gâtée. Martin ne demande pas à Gomez et Gionta de jouer systématiquement contre le gros trio adverse et leur donne amplement de mises en zone offensive. Force est d'admettre que ces deux-là mettent toutes les chances de leur côté depuis le début de la saison.
  • Intéressant de voir comment Moen et Cammalleri n'ont rien fait de bon avec Gomez. Ça met peut-être un peu d'eau dans le gaz de ma théorie du retour du trio des trois amigos...
  • L'effet Pacioretty s'est un peu atténué en janvier, mais il reste net et parfaitement spectaculaire.
  • Un pur mangeux de claques. Martin n'aimait peut-être pas Lapierre, mais il l'envoyait quand même au feu. Le contraste avec Darche, en octobre et décembre, est saisissant. Reste que l'incapacité du CH à prendre les devants au cours des derniers mois a passablement gommé ses tâches défensives (et son temps de glace.
  • À lire les médias sportifs, Kostitsyn a passé 1 mois et demi sur le 4e trio. Ce que les TVF nous disent, c'est que ça n'a finalement pas été si long et que si les chances ne venaient pas, le jeu se passait quand même pas mal toujours du bon bord.
  • Je ne savais pas trop où le mettre, mais pour le début de saison, il jouait surtout au centre.
  • Soigneusement protégé par Martin au cours des 3 premiers mois de la saison (57% de mises en zone adverse, c'est beaucoup), il a toujours bien répondu. Son mois de décembre avec Darche et Pouliot ressort particulièrement. Mais les minutes de top-6 semblent encore un peu trop lourdes lui.
  • Les trois premiers mois d'Eller n'étaient pas piqués des vers. Reste que Desharnais lui a quand même volé son job. Moins protégé que le #81, je trouve que les chances décalent par rapport aux mises et aux TVF lorsqu'on regarde ce qu'il a fait avec ses deux ailiers réguliers. Reste que ça n'est qu'un mois, attendons encore un peu. 

  • La pièce maîtresse de l'échange de Sergei Kostitsyn. Z'avez pas fini de me voir râler sur ce coup-là. Le gars n'a pas d'affaire dans la LNH, du moins pas avec une équipe compétitive. Tant qu'à faire la prochaine fois, prends donc le choix de troisième ronde, baptême...

16 commentaires:

Mathieu a dit…

Je ne comprends toujours pas ce que Dustin Boyd a à voir avec Sergei Kostitsyn. Montréal a signé Boyd comme UFA; Kostitsyn a été donné carrément pour rien.

Eller n'est pas encore un joueur du top-6, mais il est visiblement trop fort pour le quatrième trio. Je soupçonne qu'il va finir la saison à l'aile de Desharnais, et je pense que ça va donner du bon stock.

13-11/91-21 était un bon trio dans la seule section de l'an dernier ou le CH avait de l'allure. Les problèmes de 13-11, d'après moi, ne s'appliquent pas en l'absence du 21. C'est Gionta le catalyseur, dans le fond. Et ça ne serait pas incroyable de voir ces trois-là devenir le *deuxième* trio?

Il faut se rendre à l'évidence: l'idée d'injecter un minimum de réalité dans le discours sur Andrei K est une cause totalement perdue. Je pense que les journalistes n'aiment pas ce joueur bourru, mais peu importe la raison, à ce stade son histoire est déjà écrite. J'espère que quand le CH le resignera pour l'an prochain (ce que je crois demeure le scénario le plus probable) certaines gens vont freaker. Pas sûr que Jacques Martin sera mécontent cependant.

Halpern opère et fait sa job. Rien de bien effarant, un bon deal au salaire minimum, quoi.

Olivier a dit…

Disons que, selon ce qu'on regarde, la valeur d'un joueur donné varie pas mal... Jack Todd, ce matin:

"But where would the Canadiens be today without Mathieu Darche and his sometime linemates in the ever-shifting world of Jacques Martin, Benoit Pouliot and Jeff Halpern?

Pushing up daisies, that's where."

À quelque part, je suis d'accord, Halpern, Darche et Pouliot font un bien meilleur trio que Metro, Laraque et Moen (4e ligne du début de l'an dernier) ou même Metro, Moen et Pacioretty (quoi que ce dernier soit maintenant supérieur à Pouliot).

Mais c'est quand même fort le café. Ce qui n'enlèves rien au fait qu'Halpern et Darche, à 1,1 millions à eux deux, sont un foutu bon deal. Le genre de contrats qui distingue les bonnes équipes de celles qui payent Derek Boogard, 28 ans, 1,6 millions par année pour les 4 prochaines...

Faut vraiment que je me pousse dans le cul et que je fasse les défenseurs ce soir; juste pour les chiffres de Subban sur la 3e paire :).

Mathieu a dit…

Oh boy.

Il y a des fonds d'alignement qui ont été proprement défenestrés par le #76. Un joyau, un vrai de vrai et, comme toujours, ce ne sont pas tant les spin-o-ramas qui sont impressionnants que les petites choses. Il est même parvenu à faire bien paraître Alexandre Picard, au grand plaisir de RDS. ;)

Je me sentirais mieux avec un autre vétéran en défensive, reste que M. Subban est impressionant surtout en tenant compte du fameux "il ne peut que devenir meilleur". Markov, Gorges, Subban, Wisnievski, Spacek, Weber en 2011-2012? Ca a une certaine allure. :)

Jack Todd est un peu le Michel Blanchard de la Gazette; pas étonnant qu'il surévalue un peu les guerriers du salaire minimum, il suit en cela la sensibilité "grinder" qui remplit nos chers médias sportifs, et pas seulement ceux de Montréal.

N'empêche que, pour le fond d'alignement, Gauthier opère. Il ne fait pas de dépenses inutiles, il se monte une maçonnerie tout à fait correcte au salaire minimum ce qui sauve du plafond et réduit le risque; si un Boyd ne marche pas genre, il l'écarte et le remplace sans problème, utilisant ainsi la quasi-infinité de ses ressources monétaires pour son avantage compétitif.

Je suis impressionné par le DG, en général, hormis l'épisode Sergei Kostitsyn que je vais déclarer "raisons non-hockey". Je ne pense pas qu'il va fondre les plombs sur Andrei.

Mathieu a dit…

Tiens, JM brasse la soupe une nouvelle fois a l'entrainement:

67-14-21 et 81-11-46

Interessant, reste a voir si ca va survivre jusqu'au match. Mais ne voulais-tu pas voir cela, justement?

Olivier a dit…

J'attendais plutôt 67-14-46, mais Gionta est supérieur défensivement à AKost, alors ça n'est pas catastrophique. Le fait est qu'Eller doit être un peu moins exposé. Curieux de voir ce que ça va donner. AKost comme seul shooter sur le trio, on verra si ça se répercute aux chances.

Vanhouse a dit…

J'aime bien le mouvement de personnels, sauf que j'ai bien peur que ça efface beaucoup Pacciorety. Par contre, je le crois plus capable d'en prendre que Eller.

À chaque fois que tu parles de SK, ça me frustre.
Contre des droits...
Il faut croire qu'il était vraiment terrible.

Vanhouse a dit…

J'aime bien tes tableaux, disons que ça nous permet d'aprécier les ailiers.
Rapidement, j'ai fait les sommes pour Gomez et Plek, juste pour comparer (chances MENJ TVF):
Plek 450 735 1397
Gomez 425 572 1399

Il n'y a pas grand chose à tirer de tout ça, sauf qu'ils ont apporté sensiblement la même chose en ayant des charge défensive différentes. (et on serait donc mieux avec 2 Plek.)

En fait je suis très perplexe pour la statistique de MENJ. En fait, qu'est-ce qui est plus difficile, une mise-en-jeu contre le 1er trio adverse en zone offensive ou une mise-en-jeu dans notre zone contre le 4e trio...disons que je n'y accorde pas beaucoup d'importance.

Simon Lamarche a dit…

Il y a de moins en moins d'équipes dans la ligue qui ne matche pas leurs trios d'après ce que j'ai lu dernièrement. Les Canucks sont une exception.

On peut donc dire que pour la majorité de leurs MenJ, Gomez et Pleks partaient contre les deux premières lignes adverses. Il y a des exceptions c'est certain, mais sur les chiffres compilés que tu as sortis, je ne crois pas que ça fait une grosse différence.

Vanhouse a dit…

Je comprends bien que de mettre Plekanec plus que Gomez en zone defensive à quelque chose de brillant. Je suis également bien d'accord que en fin de match, c'est Plekanec que tu veux à la mise en jeu.
Je vois bien que la différence de MENJ de 163 est importante et est un bon indicateur de confiance et d'utilisation, sauf que je trouve qu'il manque un bon morceau pour pouvoir juger de l'écart entre la difficulté de la tâche à Plek et Gomez.

Olivier a dit…

C'est sur la division mises en jeu en zone dfensive et offensive et par périodes qu'on prend une perspective plus fine de ce qui est demandé du joueur. Pleks est loin devant tout le monde lorsqu'on prend les mises après la 10e minute de la 3e.

Par ailleurs, les mises en zone offensive te mettent plus proche du but adverse et donc te permettent d'échapper, au pire, aux chances de marquer de l'adversaire.

Ça reste un "proxy" pour un indicateur plus fin de qualité des adversaires affrontés, c'est clair. Vu que les qualcomp de Desjardins sont, de l'avis de plusieurs, vraiment pertinent à partir d'un pool de 40 matchs, je pense que si on voulait voir, mois par mois, ce qu'un joueur a eu à affronter comme qualité des adversaires, faudrait prendre quelque chose comme le temps de glace des adversaires affrontés.

Mais je le souligne, lorsque j'avais fait mon résumé de la saison dernière, j'étais tombé sur un truc: sur une mise en zone offensive, Martin effectuait un changement de personnel 50% du temps. Sur une mise en zone défensive, 80%.

Vanhouse a dit…

Mon points est surtout le suivant:
Directement de NHL.com:
Plek :
1022 fo / 49 gp = 20.86
Gomez:
698 fo / 48 gp = 14.54

Donc, 6.3 FO de difference par match (peu importe la zone)
Tandis que dif(MENJ) = 163

ce 163 / 49 gp(ou 48) = 3.3

J'imagine que vous voyez mon point ici...

Donc, en fait zone defensive ou non, Plekance prend plus de mise en jeu. En moyenne, 6.3 de plus que Gomez par match, 3.3 de plus zone defensive et donc 3 de plus n'importe où ailleurs.

Mais pour indiquer la confiance de l'entraineur, le MENJ est bon.

Olivier a dit…

Excellent point, en fait. Ça me permet de souligner deux choses qui ne sont pas totalement claires dans le texte.

- Les mises sont les seules mises en jeu à forces égales. Si tu regardes sur le site de la LNH y'a une barge de ce qui distingue pleks de gomez qui vient du PK.

- La LNH recense les mises en jeu prises par le joueur. Moi, je recense les présences du joueur sur une mise en jeu, d'où le fait que mes totaux soient supérieurs à ceux affichés sur le site de la LNH. La LNH inclut les mises en zone neutre, pas moi. Les gars se font kicker plus souvent qu'on ne le croit d'une mise :).

Vanhouse a dit…

Je suis d'accord avec toi sur toute la ligne Olivier.

Mais je demeurre perplexe sur la réelle valeur du nombre de présences lors de mises-en-jeu à forces égale en zone défensive...

Simon Lamarche a dit…

Je ne suis pas aussi perplexe que Vanhouse ;) mais je serais curieux de voir si tu étais capable de sortir (sans trop d'effort) un tableau comme tu les fais en situation de match des centres vs les joueurs de l'autre équipe, dans le même ordre qu'ils apparaissent dans tes tableaux, mais au lieu d'avoir le nom des joueurs de chaque ligne, un indicatif du genre "ligne 1, ligne 2, ligne 3 et ligne 4)".

Ce serait sûrement le bordel sortir un tableau du genre pour l'équipe au complet avec les changements de trio, mais comme les centres ne jouent que rarement sur le même trio, peut-être qu'on y verrait quelque chose.

Peut-être pas aussi, c'est la beauté de ces recherches, on ne trouve pas tout le temps!

Olivier a dit…

@Vanhouse: je viens de passer 5 minutes à sacrer. Mes données sont inexactes, elles incluent les ostie de mises en zone neutre. Ça vient, j'en suis certain, gommer les différences entre les joueurs, notamment des gars comme Desharnais, mais aussi Pleks et Gomez.

Peut-être devrais-je retourner à des pourcentages sur toute la ligne, comme dans ce billet publié il y a deux ans? D'une façon ou d'une autre, mes chiffres tels que présentés ici sont légèrement croches. Baptême. M'apprendra à vouloir faire vite.

@Simon: je ne sais pas encore comment le faire correctement (les feuilles de temps sont un peu weird à traiter), mais j'entends effectivement trouver un moyen de faire un tableau représentant les adversaires en fonction du temps passé sur la glace.

Ça va finir par arriver un moment donné. Au pis aller, ça va attendre à cet été :-/.

Vanhouse a dit…

Moi qui me fiait à toi les yeux fermés...ça m'apprendra.

Les mises-en-jeu en zone neutres selon moi, ne changeront pas grand chose. (un impact de quantité et un petit impact de différences...)