dimanche 17 octobre 2010

100 minutes

J'aime bien lowetide. Par les temps qui courent, l'auteur passe pas mal de temps à évaluer les prochaines étapes à suivre pour un club qui sera probablement excellent dans trois ou quatres années,  mais qui d'ici là en a encore pour quelques reprises de l'implosion d'hier soir contre Calgary. Quoi que 5 matchs ne font pas une saison, LT souligne à raison qu'on peut déjà y voir émerger quelques tendances. Et puis on n'a pas de match à se mettre sous la dent d'ici jeudi, alors...

Voici les temps de glaces des joueurs du CH depuis le début de la saison.


Les rôle sont, à ce stade-ci, clairement énoncés. le Top-6 pour l'offensive et des appuis sur le désavantage numérique de la part des suspects de convenance: Boyd, Pyatt et Halpern. Petite surprise, Moen ne semble pas avoir beaucoup participé aux désavantages, lui qui accomplissait un boulot de première classe avec Plekanec l'an dernier. Son statut dans l'alignement étant plus assuré que celui de Pyatt, on risque de le voir prendre la relève lorsque le 94 est envoyé sur la passerelle.

Du côté des défenseurs, il est intéressant de voir aller l'expérience Gorges. Spacek a pris beaucoup de temps en désavantage, lui qui faisait essentiellement du jeu à forces égales et de la supériorité numérique l'an dernier. La présence des Subban (qui prend quand même pas mal de temps), O'Byrne et Picard ne donnes pas vraiment le choix à Martin, mais il est possible que ce genre de charge de travail soit un peu lourde pour le vieux #6.

Les chances à forces égales (ça comprend le 4 contre 4, qui rehausse les résultats du top-6):


Bon, le dernier match contre les Sénateurs fait bien paraître tout le monde. Mais on voit quand même que Boyd, Pyatt et O'Byrne sont en train de prendre du recul par rapport aux autres joueurs. L'heure tourne pour ces trois-là. Si à la fin novembre Weber et Maxwell sont à mettre à feu et à sang la ligue américaine...

3 commentaires:

Mathieu a dit…

A voir le tableau, on voit bien pourquoi quand Martin coupe son banc c'est invariablement Boyd et Pyatt qui ecopent. Et je crois que tu as egalement raison quand tu dis que Eller devient victime du "numbers game". Quoique je pense qu'il ait ete carrement benche contre Ottawa.

Dans un autre ordre d'idees: Subban a +13... O_o

Il s'est bien amuse contre les piochons adverses celui-la...

Vanhouse a dit…

Regarder comme il faut les chiffres de Subban et de ces partenaires de glace.
Tout le monde en bénéficie. Picard devient une machine, même Spacek en a profité grandement. Vivement que Hamrlik en profite aussi.
Il faut que Subban joue avec Hamrlik pour qu'il puisse avoir son 20 minutes. Ok, on est juste en début de saison, mais dans ma tête c'est évident que c'est avec Subban que l'on va avoir du succès à 5 contre 5. (surtout sans Markov)
Je ne sais pas c'est quoi les plans de Martin pour le retour de Markov, mais selon moi notre meilleur option:
Markov-Spacek
Hamrlik-Subban
Gill-Gorges

de cette façon Spacek et Hamrlik vont prendre de la valeur...

Olivier a dit…

Je l'ai écrit plus haut et je le répètes: je crois que son utilisation en désavantage numérique rend Spacek vulnérable. Il n'a presque pas joué en DN l'an dernier et on ne l'a jamais vu dépassé comme ça.

Ceci étant dit, je n'ai pas vraiment de craintes à son sujet; le bonhomme va retrouver ses jambes plus tôt que tard.

Subban, faut voir qu'avec Spacek il était sur le deuxième duo et avec Picard sur le troisième. +10 sur 20 chances... Ou ha. Il voit peu de top-6 adverses avec Picard et les résultats sont à l'avenant.

Je trouves tes duos intéressants, mais si je me fie à ce que j'ai vu de Martin depuis un an, Hamrlik et Spacek vont mourir ensemble (on écrase une larme).

Si j'avais à faire un guess sur Markov... L'an dernier, Martin l'a ramené avec Gorges pour quelques matchs et a ensuite renvoyé Gorges avec Gill et a donné O'Byrne à Markov.

Je suppose qu'on peut donc tabler sur un match de Markov-Gorges et Gill-Subban, puis on inverse. Mais je n'ai pas caché ici que j'aimerais voir Gorges graduer définitivement aux côtés de Markov.

Subban, même si il ne joue pas avec Markov ou Hamrlik, va avoir de la glace en masse. Alors c'est plus une question de maximiser son impact.

Notez que Gill et Spacek ont de la misère à arriver à niveau lorsque jumelés. Si j'avais mis les mises en jeu dans ce tableau, on verrait que ces deux-là prennent beaucoup plus de mises en zones défensives que les autres.

Une analyse des adversaires affrontés (en fonction du temps de glace, mettons) autour du 20e match va nous donner une bien meilleure idée de ce qui se passe là-dedans.