mercredi 3 mars 2010

Tableau d'avant-match: les Sharks



Plekanec et les frères K vont probablement avoir à tenter de se taper Thornton, Heatley et Marleau. On leur souhaite bonne chance pour leur trouble. À regarder la différence de rendement entre leurs matchs à domicile et à l'étranger, on peut soupçonner que McLellan excelle dans l'art de les soustraire aux affections non souhaitées. On souhaite donc aussi bonne chance à Martin, qui aura probablement à compenser à l'aide de Gomez (qui semblait plutôt mélangé en zone défensive contre Boston) et Moore. Espérons juste que Métro et Moore resteront loin des deux premiers trios parce que le fond de l'alignement de San Jose semble faire un peu pitié.

En défensive, le quatuor Murray-Boyle-Blake-Vlasic semble capable de mettre les screws à pas mal n'importe qui. Avec 4 défenseurs comme ceux-là, McLellan est probablement capable de garder à flots un fond de douze attaquants autrement vulnérable.

Nabokov est mieux d'avoir le vague à l'âme.

3 commentaires:

LeMatheux a dit…

Tu t'inscris donc en faux contre la theorie de Gaston Therrien, qui affirmait a l'antichambre que le Canadien avait des chances de battre les Sharks, en autant que le trio de Darche-Metropolit-Pyatt soit envoye "en mission defensive" contre Marleau-Thornton-Heatley? C'est bien pour dire.

(Excuse moi, je n'en reviens juste encore pas.)

Olivier a dit…

Franchement, je regardait Gagnon et Ciccone s'engueuler hier à La Zone et des fois je me dis que ces gars-là ont deux priorités: Donner un bon show (sous-entendu: deux gars qui s'engueulent c'est un bon show) et respecter l'histoire du match (sous-entendu: chaque match est une histoire).

Si la vérité ou, même juste le gros bon sens, ne fitte pas dans l'histoire du match ou ne permet pas aux deux gars de s'engueuler à l'aise, ben fuck it.

On regardes Martin aller et on trouves ça spécial son affaire, on a tous de gros doutes. Mais le gars a manifestement un plan qui manifestement est basé sur un jugement porté sur des faits (Latendresse est trop lent pour suivre le plan de match dans le top-6, par exemple). J'écoutes les affaires qui se disent dans les médias sportifs et des fois je me demandes ce que le coach penses de tout ça, si tant est qu'il s'y attarde ne serait-ce qu'une seconde.

Ce qui est bien avec Darche-Métro-Pyatt contre la ligne à Thornton, c'est qu'avec mes tableaux croisés, on va être à même de voir ce que ça a donné côté tirs au but.

MathMan a dit…

Je suis bien d'accord avec toi. Carbonneau, on avait parfois l'impression qu'il ne savait pas ce qu'il faisait. Martin, on est absolument certain qu'il sait ce qu'il fait, on est juste pas certain que ce qu'il fait soit la bonne chose a faire.