dimanche 20 avril 2014

Canadiens-Lightning, matchs 1 et 2

Je n'écris pas beaucoup par ici pour une raison fort simple: outre ma chronique bi-hebdomadaire, je publie des analyses de chaque match dans La Presse+.

Pour ceux que ça intéresse, voici un lien vers l'analyse du premier match et sur l'analyse du deuxième match. La clé de ces deux parties fut, comme je l'explique dans ces deux papiers, l'utilisation faite de Stamkos par son entraineur John Cooper.

Le CH a aussi une grande part de mérite dans ces deux victoires et, comme je le souligne dans ma chronique d'aujourd'hui sur lnh.com, on doit regarder du côté des choix de personnel pour trouver l'explication. En gros: les joueurs sélectionnés par Michel Therrien ne sont pas justes "plus rapides", ils sont surtout de meilleurs joueurs de hockey.

Parce qu'ils ne rentrent pas dans La Presse+ (y font pas encore des iPad 21 pouces, que voulez-vous), voici les tableaux des confrontations des deux premiers matchs.

MATCH #1



MATCH #2
Oui, je sais, Kostka est avec les attaquants. J'avais pas envie de refaire tous mes tableaux parce que Cooper a décidé de strapper Sustr au dos de Carle de temps à autres... L'avait qu'à faire jouer Tom Pyatt, bon. Voilà, c'est dit (et mon statut de fan de Tom Pyatt qui ressort au grand jour... ahlàlà).




samedi 12 avril 2014

21196: Islanders 2 Montréal 0

On est à terminer les derniers aménagements en attendant de passer aux "vraies affaires", pour reprendre une expression à la mode. Le club ne s'est pas vraiment présenté (c'est poche à dire, mais c'est ça) et au bout du compte, seul le duo Subban-Gorges a tiré un match sur le sens du monde.

Je note, en ce samedi midi, que Therrien revient à la charge pour ce soir avec le trio Gionta/Plekanec/Gallagher, une combinaison sortie de nulle part à sa face même incompréhensible. Vanek n'a jamais joué à droite, Gionta n'a jamais joué à gauche. Si on est pour avoir ce groupe de joueurs dans le top-6, pourquoi pas alors mettre tout le monde à sa position et rouler Vanel/Pleks/Gallagher, Pacioretty/Desharnais/Gionta? Le trio de DD a encore jeudi prouvé qu'il est un pur danger dans sa zone et je ne suis pas du tout convaincu de la viabilité de la chose. Tampa est magané, alors on verra.

Aussi, semble que Bouillon prendra la place de Douglas Murray. Est-ce là une indication de la formation appelée à commencer les séries? La présence de Bouillon est plus intelligible que celle de Murray. Enfin, on a rappelé Blunden pour prendre la place de Parros. Le gros Mike est un joueur dépourvu de talent, mais il peut jouer n'importe où à l'avant et possède un utile sens du devoir défensif. Il cadre fort bien avec White et Bournival.

On pourra quand même s'étonner de ne pas voir Leblanc rappelé. C'est bête à dire, mais le beau Louis semble tombé entre les craques. Leblanc était premier marqueur de Hamilton à forces égales à la mi-saison, résultat intéressant sachant qu'on le faisait jouer sur la 3e ligne. Les choses se sont gâtées depuis et il n'a cumulé de 6 points à forces égales au cours des 37 derniers matchs. Celui qui a de loin mené le club à ce chapitre en deuxième moitié de saison, Sven Andrighetto, est loin devant Blunden (12 points) et St-Pierre (13 points) avec 21 points, mais il n'est ni joueur défensif, ni ailier droit. Donc, Blunden. Je trouve personnellement la chose regrettable pour Leblanc. J'ai bien cru voir un joueur de la LNH lors de ses brèves apparitions en 2011-2012, mais il faut se rendre à l'évidence. Le type est un joueur de l'ancienne administration et ne cadre tout simplement pas dans la philosophie actuelle de l'équipe. On lui souhaite bonne chance pour la suite des choses.

On peut citer à l'envie l'émergence de Galchenyuk et de Gallagher, un peu aussi celle de Bournival (quoi qu'on le sous-utilise), mais, à voir comment Tinordi et surtout Beaulieu n'ont jamais réussi à se tailler une place alors que Douglas Murray mangeait 760 minutes de temps de glace, Bouillon un peu plus de 900... Therrien semble terriblement entiché de ses vétérans, une attitude porbablement compréhensible de la part d'un coach qui écoule sa dernière année de contrat.

(En fait, on m'indique que Therrien est à l'avant-dernière année de son contrat. Bah.)






mercredi 9 avril 2014

21190: Montréal 2 Chicago 3 (P)

Un match contre les Blackhawks, même maganés, c'est un peu la fête. Leur défensive est complète, mais l'attaque travaille sans quelques gros morceaux, Kane et Toews au premier plan. Quand même, par désoeuvrement j'ai écouté le match Chicago-St-Louis de dimanche dernier, match dominé par les Hawks. On y voyait nettement apparaitre la fondation de ce qui permet aux Hawks d'être une puissance de la ligue par les temps qui courent: une défensive versatile et mobile.

Très souvent, lorsque l'adversaire sort de sa zone, les défenseurs des Hawks prennent contact avec l'adversaire dès la ligne du centre et reculent avec leur homme. Ce genre de manoeuvre n'est réalisable que par des patineurs agiles et il permet, en ralentissant les montées à travers la zone neutre, aux attaquants en repli défensif de rattraper plus rapidement leurs adversaires. Autre fait notoire du jeu prôné en zone neutre par Chicago, les attaquants sont la plupart du temps à se replier à deux (et non à un joueur coupant le centre entre les défenseurs), ce qui enlève encore plus d'espace aux adversaires.

Le CH a eu quelques difficultés à tenir contre ça et seule la belle tenue de Budaj les a sauvés, du moins jusqu'en prolongation. Notons deux vols de Crawford contre Pacioretty, mais au total, si le CH n'a pas été déclassé, il n'a jamais eu l'avantage après la première période.

  • La perte de Galchenyuk dès sa première présence a fait dérailler les plans de Therrien, déjà compliqués par le retrait d'Eller. Après avoir flagossé un peu avec Weise à la gauche de Pleks et Gallagher, le coach s'est fixé sur Gionta. Choix surprenant, mais le fait est que Plekanec courait après Hossa et Sharp, on comprend donc le désir de mettre un vétéran. Reste que personnellement j'aurais essayé Bournival. Au-delà des buts accordés, match passablement difficile pour ce trio, surveillé de près par Keith et Seabrooks.
  • Principalement accoté à Nordstrom, Kruger et Bollig, le trio de Desharnais a su convertir une poussée aux mises en jeu en avantage réel aux tirs. Un peu plus juste aux chances, mais le travail était fait. C'est d'autant plus encourageant qu'ils ont beaucoup vu Hjalmarsson et Oduya, les deux spécialistes de la couverture défensive des Hawks. S'ils se placent à forces égales, c'est de bon augure. Quand même, temps que la saison finisse ou que Pacioretty marque son 40e, parce que les deux autres le cherchent constamment.
  • J'ai beaucoup aimé Brière avec Bourque et Gionta, un peu moins Bourque, Brière et Weise, mais ce dernier a marqué un but, alors... C'était un trio à risque, parce qu'en début de match, Quenneville cherchait à leur coller le trio de Hossa, avant d'accepter la confrontation avec Plekanec en milieu de match.
  • White qui ramasse une rondelle sur le poignet, mais il a fini le match. Beaucoup de glace pour Weise, donc, et un peu moins pour Bournival. J'aimerais (je me répète) que le coach donne plus de place au #49, qui est plus habile avec la rondelle et plus efficace en échec-avant que le gros Weise, mais Michel aime ses gros joueurs intenses.
  • Le retour de Gorges/Subban, enfin. Les trois duos ont joué un temps à peu près égal et personne n'a semblé braqué sur qui que ce soit, bref on tournait les duos un à la suite de l'autre sans se casser les pieds, sauf de rares exceptions. PK et Gorges ont pris quelques mises en zone défensive de plus, quand même.
  • Weaver et Tinordi ont encore une fois connu un très beau match: maigre déficit aux chances, ils n'ont été sur la glace que pour 7 des 43 entrées de zone en contrôle de rondelle des Hawks en obtenant le tiers du temps de glace à forces égales. Un travail effacé, mais efficace.
  • Plus pénible pour Beaulieu et Bouillon, qui ont souvent donné la ligne bleue au porteur de la rondelle. On n'attendait pas de miracles, mais le #40 a fort bien fait, se permettant même une chance de marquer. Je ne comprends pas pourquoi on persiste à ne pas faire jouer Beaulieu régulièrement. Il travaille simplement, ne fait pas de jeux risqués et fait avancer la rondelle plus souvent qu'à son tour. Il n'est pas terriblement physique, mais pas dédaigneux du travail dans les tranchées non plus, ce qui me porte à croire que l'aspect brasse-camarade du métier va lui venir avec le temps.





samedi 5 avril 2014

21164: Montréal 5 Detroit 3

Le Canadien a profité contre les Wings de deux choses sur lesquelles on ne peut jamais totalement compter. Un gardien absolument génial en désavantage numérique et une contre-attaque qui a payé au bon moment.

Price est un grand gardien. Peut-être même est-il présentement le meilleur, je laisse ce débat aux spécialistes et me contente de souligner qu'à mes yeux de béotien, il domine. Je trouve simplement extraordinaire que ce gardien, efficace dès son arrivée dans la LNH, aie délaissé un style qui lui réussissait pour en adopter un autre qui au bout du compte le rend par moments (tous les athlètes fonctionnent par phases) outrancièrement dominant. Gardien d'angles qui se carrait bien droit dans ses marques et comptait sur sa stature pour que la rondelle le frappe, il joue aujourd'hui constamment accroupi, donnant puis enlevant le haut de la cage, dans le but (me semble-t-il) de chercher à maximiser la couverture du bas du filet tout en maximisant la vitesse de ses déplacements latéraux (déjà explosifs dans son ancien style "monobloc"). Si les choses ne se sont pas toujours bien passé l'an dernier, il a désormais trouvé ses marques et il connaît une saison tout simplement sensationnelle.

Qui peut prétendre lui enlever le Vézina? De l'autre côté, Gustafsson a donné un sapin et les Wings ont semblé perdre le goût de vivre. Hormis les avantages numériques, le CH a dominé 6-1 à forces égales aux chances de marquer en 3e.

C'est en deuxième que les choses auraient pu de gâter, donc, les Wings poussant fort pour aller chercher l'avantage, Babcock réunissant même Datsyuk à Nyquist et Franzen. Mais ces poussées comportent toujours leur part de risque et c'est à force de voir les défenseurs appuyer l'attaque en zone du CH que Pacioretty a pu sortir des blocs au point de mise en jeu à gauche de Price pour aller chercher son 39e en échappée. Ça ne marche pas tout les coups, mais cette fois-ci, ça a fonctionné.

  • On regarde les tirs vers le filet du trio de Plekanec (+2/-10) et on grimace. Therrien a décidé de lancer les jeunes au feu pour voir ce qu'ils ont et, avec 9 mises en zone défensive contre aucune en zone offensive, ils ont terminé +2/-2 aux chances lorsque réunis. Seulement 2 tirs bloqués par le CH en leur présence, ce qui indique qu'ils ont bel et bien réussi à garder les Wings loin de Price. Therrien a cherché à les coller à Datsyuk, mais Babcock se défilait (Datsyuk n'a joué que 11 minutes), alors ça n'est pas arrivé trop souvent.
  • Vanek, DD et Pacioretty terminent enfin un match avec un solde positif aux chances et aux tirs. Je fais mon pisse-vinaigre et souligne que Babcock semblait satisfait de leur opposer son 3e trio. On est donc loin de Callahan/Filppula. Quelques beaux échanges, mais aussi un abominable foutoir défensif sur le 2e but des Wings. On va montrer Tinordi sur les reprises, mais ça faisait bien 20 secondes que Pacioretty et Vanek cherchaient à partir à l'attaque plutôt que d'appuyer leurs défenseurs.
  • Eller, Bourque et Gionta ont gagné en assurance tout au long du match et j'ai beaucoup aimé leur jeu en 3e. Les équipes qui protègent l'avance sont moins agressives en échec avant et se contentent souvent de marquer leurs joueurs; ce trio m'a semblé particulièrement efficace sur ce point, enlevant beaucoup d'espace aux Wings. C'est d'ailleurs eux à qui Therrien a donné le plus de glace en 3e.
  • Brière a rapidement descendu sur la 4e, White a surtout servi d'appui à Eller sur les mises en zone défensive, Bournival a marqué sur sa seule présence à forces égales en première.
  • Tinordi et Subban ont tenu aux chances en étant relativement peu sollicités aux confrontations. Subban a semblé souffrir du tir reçu sur le pied, un très mauvais signe pour la suite des choses.
  • Emelin et Markov étaient à peu près de garde contre le top-6, mais surtout sollicité pour les mises en zone défensive (+1/-8). Ils ne sont pas aussi capables en minutes dures que Gorges et Subban peuvent l'être, mais si Subban est amoché et que Therrien veut protéger Tinordi, c'est à eux de s'y coller et il faut le dire, ils se démerdent.
  • Bouillon a eu l'air d'un pylône à quelques reprises, mais privés de mises en zone offensive, lui et Weaver ont terminé +7/-3 aux chances.





vendredi 4 avril 2014

21153: Canadiens 7 Ottawa 4

Quand Therrien, voyant les Sénateurs marquer deux buts rapides, a décidé de réagir en clouant Subban au banc, je me suis dit qu'on était quitte pour une volée du diable. Le coach est friand de ce qui, vu de loin, a tout à fait l'air de crises de stupidité aigües. Au bout du compte, on ne sait pas si Subban est blessé ou si Therrien ne souhaite juste pas voir son meilleur joueur blessé pour un match sans importance.

On ne le saura jamais, Therrien ne jase pas de ces affaires-là, du moins pas en des termes qui nous permettent de croire qu'il cherche à faire autre chose que ne pas trop en dire. S'il est en fait une chose que le coach cultive, c'est bien de ne rien dire aux médias. Fort bien, mais alors tout ce qui nous reste pour juger de ses gestes, c'est ce qu'on en voit. Or, dans l'absolu, tenir Subban à un minimum de minutes jouées pour limiter les risques de blessures d'ici la fin de la saison est une bonne idée. On verra à l'usage, si PK continue à ne pas jouer pour ensuite passer le premier match contre Tampa à coller aux patins de Stamkos, on a notre réponse.

En attendant, le CH a été exceptionnellement opportuniste, plaçant 6 buts sur 13 chances de marquer, tout ça à forces égales (une autre chance en avantage numérique, au fait). Les Sénateurs ont dominé tout au long du match surtout lorsque le score était serré, cumulant à travers toutes les situations 27 chances de marquer. 3 buts, normalement, ça serait parfait, mais rien à faire, le CH convertissait une fois sur deux. C'est la vie.

  • Job purement défensif pour Pleks et ses (jeunes) sbires, qui n'ont pas émergé aux chances.
  • Match haut en couleur du trio de Desharnais. Pacioretty (3 buts sur 3 chances) a collé 5 points, Desharnais et Vanek se sont bien amusé aussi. Reste qu'ils terminent dans le rouge aux chances et aux tirs malgré une poussée aux mises en jeu. J'ajouterais que ce déficit s'est surtout creusé pendant les deux premières périodes, alors que le score était serré. Tout ça pour dire: peut-être est-ce un de ces rares trios qui peut simplement convertir plus fort que les autres, mais j'y vois toujours une faiblesse que le Lightning peut exploiter.
  • Pas de mises en zone offensive pour le trio d'Eller et pourtant ils terminent avec un solde positif aux chances. Belle 3e ligne, pour tout dire.
  • Parros était de la partie et la 4e s'est fait absolument ramoner. Réunis, ils n'ont généré aucun tir, aucune entrée de zone, aucune chance. Vivement les séries, qu'on soit débarrassés du pauvre Parros.
  • Je garde Subban en premier duo, mais c'est pure facétie. Therrien l'a promené avec Tinordi et ces deux-là n'ont pas très bien paru. PK semblait s'emmerder, pour tout dire. Je ne pense pas qu'il boude, mais bien qu'il a pour consigne de ne pas trop pousser.
  • Emelin et Markov n'ont pas connu un match du tonnerre non plus, mais l'équipe au complet semblait sur le neutre, alors...
  • Bouillon et Weaver ont de loin été les plus utilisés, un élément de plus indiquant selon moi que Therrien voulait économiser ses chevaux. Enterrés aux mises, dominées aux chances et aux tirs et entrées, forcément, ça n'est juste pas de leur âge des missions comme ça. Mais si on est pour envoyer un duo à l'abattoir, ils sont là pour ça.





mercredi 2 avril 2014

21135: Montréal 1 Tampa 3

C'était une avant-première de la série de première ronde et on a appris quelques affaires. Notamment, le CH n'a pas semblé, dans sa forme actuelle, capable de rivaliser avec le Lightning, étant dominé aux chances de marquer et surtout aux entrées de zone en contrôle de rondelle, symptôme d'une incapacité chronique à contrôler la zone neutre.

Faut le dire tout de suite, si le groupe actuel d'attaquant est certainement le plus doué que l'équipe a eu depuis longtemps, la défensive, elle, fait pitié à voir et on attend avec impatience le retour de Gorges pour la remplumer. Mais encore faut-il mettre les bons éléments. On a vu hier John Cooper, coach du Lightning, tourner quatre trios et garder Stamkos en embuscade, ce qui m'a rappelé une anecdote à son sujet.

À l'automne 2012, TVA Sports diffuse un match des Bulldogs contre Rochester, club-école du Lightning. Disputé au Centre Bell, c'est le match où, suite à un coup de patin qui lui a cassé le crâne, Blake Geoffrion a vu sa carrière prendre fin. Lefebvre utilisait depuis le début de la saison Geoffrion et Bournival comme centres défensifs et c'est Geoffrion, assisté de Blunden, qui faisait le gros du travail. Lorsque Geoffrion tombe au combat, ça ne laisse donc que Bournival, encore vert. Et Cooper, flairant le sang dans l'eau, a immédiatement concentré ses meilleurs joueurs (dont Conacher, si je ne m'abuse) sur Bournival qui a complètement implosé. On parle de quelque chose comme 10 chances passées aux Bulldogs en sa présence en une demi-période. Un joueur recrue, tout seul comme un chien, contre des pros, sans aide. C'est le métier qui rentre.

Toujours est-il, Cooper a bien vu cette fois-ci encore ou se trouvait la faiblesse première du club: Stamkos a joué un grand total de 18 secondes contre Subban. On a d'ailleurs, du point de vue des attaquants, assisté à un vrai match de confrontations directes. Certaines faiblesses ont encore été exposées et il sera intéressant de voir quels sont, à terme, les ajustements apportés par Therrien.

  • Cooper, s'il a refusé de laisser Stamkos dans les pattes de Subban, a accepté de voir Plekanec lui coller aux patins. Aidé de deux jeunes joueurs, on peut comprendre et Galchenyuk avait parfois, en effet, de la broue dans le toupet. Reste que c'est le trio de Pleks qui a collé le seul but du CH et c'est aussi le seul trio à avoir terminé la soirée avec un solde positif aux chances. En jouant la moitié de la soirée contre Stamkos. Quand (pas si, quand) Galchenyuk va trouver ses marques, watch out.
  • Desharnais a hérité de Filppula, Callahan et Palat, un vrai bon trio de minutes dures. Se sont fait planter à coup de masse, comme des poteaux de clôture. L'association avec Markov et Emelin a été particulièrement sordide. Ce trio n'est pas bon à forces égales et Cooper le sait. Je dis ça de même. Et je note aussi qu'outre Salo, Cooper n'a pas semblé leur attitrer un défenseur en particulier.
  • Eller commençait à gauche de Brière et Gionta, ce que je trouve étrange. Je veux bien croire qu'en zone défensive c'est Eller et Gio qui prennent charge et qu'Eller prend les mises de son "côté fort", mais j'aurais préféré qu'on en reste à l'ancienne formule Eller/Bournival/White, Bourque/Brière/Gionta. Bournival a rejoint Eller et Gionta en 3e, ce qui montre dans quel sens tout ça s'en allait. Au sujet des mises en jeu... Therrien s'est définitivement entiché de cette idée de faire prendre des mises en jeu "du côté fort" par des ailiers. Il fait principalement ça avec Eller (53% de réussite à forces égales) et Desharnais (51%) pour en donner à Brière (48%), Vanek (46%) et Gallagher (37%). Ce qui me frappe, ici, c'est qu'on ne possède *aucune* donnée permettant de voir si ça fonctionne où non. Au-cune. Et je ne suis vraiment, vraiment pas convaincu que ça donne quoi que ce soit. Je serais curieux de savoir si Therrien a des données là-dessus (il ne me semble pas être très "data", mettons), où si c'est simplement une de ces notions "logique", comme celle qui veut que ça ne change pas grand-chose de quel côté un défenseur joue... En tout cas.
  • Beaucoup de mises en zone défensive pour la 4e (ce qui est la façon normale de les utiliser) et Bournival qui gradue, donc. Les outrages subis furent surtout contre Stamkos.
  • N'ayant pas à couvrir Stamkos et prenant beaucoup de mises en zone défensive (11 contre 3 en zone offensive), Bouillon et Subban ont terminé avec un léger déficit aux chances (+1/-3) mais en avance aux tirs. Je dis que Cooper ne voulait pas voir Stamkos contre Subban... J'espère que c'est ça, et non Therrien qui ne voulait pas voir Subban contre Stamkos.
  • Markov et Emelin ont l'air bien ces temps-ci, mais dieu de dieu qu'ils ont mangé leurs bas contre Filppula avec Desharnais.
  • En fait, Subban a joué 9:46 à forces égales, Murray 11:57. Faudra un jour qu'on m'explique comment on pense pouvoir gagner contre le Lightning en évitant de sortir Subban contre Stamkos et en préférant y voir Murray. Les coachs sont des pros alors que moi j'écris littéralement ça assis dans mon La-Z-Boy, alors on prend ça avec un grain de sel, mais... qu'est-ce qu’ils ont fumé, au nom du ciel?!





samedi 29 mars 2014

21112: Montréal 4 Panthers 1

J'aimes bien Vanek et j'aimes tout autant le fait qu'il fait pas mal ce que j'avais dit de lui (contrairement à ma prédiction sur la possibilité de voir les Sénateurs en séries), exception faite sa mutation à l'aile gauche:
"S’il est probable qu’on voie dans un premier temps Vanek aux côtés de Plekanec, il me semble donc que c’est plutôt à l’aile d’un des deux autres principaux centres du Canadien qu’il sera à même d’aider pleinement le club, tant par sa contribution individuelle que par celle d’un ailier gauche plus efficace sur un des autres trios."
Au bout du compte, c'est toujours un peu plus compliqué. J'aime bien Vanek, donc, comme tout le monde. Le type produit et il a amené Therrien à envoyer Gallagher dans les minutes de Plekanec, ce qui par ricochet permet de mettre Gionta comme appui défensif à Brière, qui peut alors jouer au centre, ce qui en retour permet la 4e ligne Bournival/Eller/White, un peu en retrait ces temps-ci, mais appelée à rendre de précieux services en séries éliminatoires.

Pour ce qui est du match contre les Panthers... On enlève Plekanec et on remplace Eller par Parros sur la 4e, forcément ça partait croche. Murray-Weaver en plus, on ne pouvait qu'attendre la catastrophe. Mais, ô surprise, Therrien a décidé d'enfoncer complètement les deux vétérans en zone défensive: 11 mises en jeu dans leur zone, aucune en zone offensive. Résultat, +6/-16 aux tirs, mais +4/-2 aux chances. L'association avec le trio de Desharnais (qui s'est autrement fait passablement bardasser sur le plan territorial) a donc été fructueuse.

Un dernier morceau sur ce fameux trio. Après le match de ce soir, ces 3 joueurs ont passé 106:34 ensemble à forces égales. Therrien leur a donné 50 mises en zone offensive contre 30 en zone défensive et ils ont généré 103 tirs vers le filet tout en en accordant 100 à l'adversaire. Ils ont créé 35 chances de marquer et en ont accordé 39 à l'adversaire. Pourtant, ils ont marqué 11 buts à forces égales et en ont accordé 3.

Pour faire court: leur ratio de buts sur chances de marquer est de 11/35, 31%. Leur ratio de buts accordés sur chances accordées est de 3/39, un peu plus de 7%. Le taux de buts sur chances traîne normalement autour de 15% dans les deux cas. Plus tôt que tard, les tirs adverses vont se mettre à rentrer et leurs merveilleux jeux de passes vont avorter de plus en plus souvent. Ainsi va la vie dans la LNH.

Les bons trios compensent pour ces hauts et ces bas en contrôlant le jeu et en empêchant l'adversaire de s'installer dans leur zone pour y cumuler tirs et chances de marquer. Le "premier trio" du CH ne fait pas, présentement, la preuve qu'il peut accomplir ce genre de boulot. Bref, s'ils sont fort agréables à regarder aller, Vanek, Desharnais et Pacioretty vivent présentement sur du temps emprunté. Souhaitons au CH que leur jeu de possession de rondelle finisse par s'améliorer.





21095: Montréal 5 Detroit 4

Le match Canadiens-Panthers commence dans 5 minutes, alors les tableaux et c'est tout.