samedi 28 février 2015

20928: Montréal 4 Toronto 0

Et un autre pour Carey.

Les Leafs, comme toutes les équipes qui en arrachent, ont graduellement perdu leur structure en troisième après avoir fort bien fait au cours des deux premières périodes. Le CH n'en demandait pas tant, ayant disputé jusque-là un match effroyable.

C'était pittoresque de les regarder passer la rondelle à Price, mais c'était surtout mauvais signe. C'est une chose de renvoyer la rondelle vers l'arrière lorsque ça ne passe pas, mais si compétent soit-il avec le disque, un gardien reste essentiellement manchot comparé à n'importe quel défenseur (sauf Douglas Murray, je suppose).

Le mois de février a été consacré à l'évaluation des jeunes. On a eu beaucoup de plaisir, mais les choses sérieuses, soit la préparation pour les séries, commence après la date limite des transactions, soit à 15h00 lundi. Justement, on affronte San Jose lundi soir (à 22h00, bleh). On verra rendu là si on passe encore beaucoup de temps à flagosser avec Pateryn à gauche de Gonchar.

  • DD et ses sbires se sont fait casser la figure par, heu... Leo Komarov, David Booth et Olli Jokinen (oui oui, celui-là). Un excellent 3e trio, à n'en pas douter. Mais bon, franchement. En fait, sur les 10 minutes passées sur la glace à forces égales par cette ligne, les choses ont pour l'essentiel dégénéré dans les 5 minutes jouées avec Gonchar et Gilbert. Tu parles. Au moins, on sait que ce trio peut tenir le coup en temps normal.
  • Je ne suis pas contre l'idée d'essayer Eller à l'aile gauche, après Desharnais, on cherche à savoir qui de ces deux-là ferait un meilleur ailier, c'est de bonne guerre. Mais, dans la catégorie "À souère, Michel essaye des affaires!", Galchenyuk à l'aile droite, c'est un peu n'importe quoi. M'enfin, normalement tout ça devrait se replacer à partir de lundi. Ben, c'est l'illusion avec laquelle j'ai choisi de vivre d'ici là...
  • Smith-Pelly a fait quelques petits tours à droite de Pleks et Galchenyuk, puis on l'a ramené avec Prust et De La Rose. On n'en est qu'au deuxième match, laissons-lui le temps. Il est jeune et j'aime sa façon de dériver dans l'enclave, prêt à décocher, je suis prêt à être très patient dans son cas. Je dis ça, parce qu'à vue de nez, c'est crissement pas Sekac... Dieu qu'il se bat avec la puck... On verra. Pour ce qui est de De La Rose, je pense qu'il est avec le club pour de bon. Avec Beaulieu et Sekac/Smith-Pelly, c'est encore 3 joueurs de la LNH que les dépisteurs du CH ont donnés au club cette saison.
  • Bournival et Weise ont leurs aises et Malhotra a fini par rapiner un but. Je suis heureux pour lui. Si ça s'en va par où je pense, c'est pas mal son dernier match, alors...
  • Subban et Markov ont tenu le fort, comme d'habitude.
  • Gonchar et Gilbert ont fini par être le deuxième duo de défenseurs les plus utilisés et se sont fait totalement rétamer. Pourquoi? Mais pourquoi s'imposer ça? On a certainement d'excellentes raisons, mais on ne les trouvera pas dans les chiffres dont je dispose. C'est comme ça.
  • Beaulieu a fini par ne jouer que 12 minutes à forces égales, la moitié avec Pateryn. Je pourrais m'échiner à essayer d'expliquer ça aussi, mais j'ai vraiment l'impression que ça ne sert à rien. Je me raccroche donc une dernière fois à ma bouée de sauvetage: les vraies affaires commencent lundi. J'espère.







vendredi 27 février 2015

20910: Montréal 5 Columbus 2

Les Blue Jackets font tellement pitié... Dubinsky, un de leurs meilleurs joueurs, marque en début de match, trébuche sur Gilbert et sa soirée se termine là. C'est un peu à l'image de ce que cette équipe subit depuis le début de la saison.

Pour ce qui est du reste, le CH n'a pas eu besoin de forcer.

  • Le trio de Desharnais a su mettre les bouchées doubles. Beaucoup d'entrées de zone, quelques belles chances, surtout pour le centre: DD termine sa soirée à forces égales avec 3 chances de marquer, 8 entrées en possession de rondelle et 2 autres rondelles récupérées sur des rejets en fond de zone. Gros match. On lui collait pourtant Johansen, mais entre Hartnell (qui, malgré ses points, a beaucoup ralenti) et Wenneberg (terriblement vert), le centre #1 des Blue Jackets ne fournissait pas.
  • Mauvais match pour Pleks. C'était plus ou moins bon avec Eller et Galchenyuk, ce qui ne me surprend pas. C'est bien beau les expériences, mais Eller n'est pas un ailier et il n'est pas encore acclimaté à l'aile. Quant à Galchenyuk, il n'a *jamais* joué à droite et y est manifestement perdu. Ça n'a pas duré, Eller descendant avec De La Rose et Prust, Smith-Pelly prenant l'aile droite de Pleks et Galchenyuk. En un peu moins de 6 minutes, ce nouveau trio s'est fait complètement casser la figure (+0/-9 aux TVF). Et encore, j'ai au moins 2 tirs qui étaient presque des chances que le marqueur de Columbus n'a pas noté dans le "play by play". Pas super fiables, les données de cet aréna.
  • DLR, Prust et Smith-Pelly ont survécu, ce qui a permis de voir quel genre de joueur DSP est. Si Sekac est un transporteur de rondelle qui joue profond dans son territoire, excelle le long des bandes, mais devra apprendre à distribuer pour tirer pleinement profit de ses qualités, Smith-Pelly est, pour ainsi dire, l'exact inverse. Il ne transporte que peu la rondelle, se distingue surtout dans les enclaves, où ressortent ses qualités: sa grande force physique, il patine bas et il est toujours prêt à tirer. C'est aussi, me semble-t-il, un bon passeur. Mais moins il garde la rondelle longtemps, mieux c'est. En tout cas, on verra à l'usage, mais je doute qu'on ait ici, à court terme du moins, un joueur de minutes dures. Parenteau n'a pas à craindre pour sa place dans le top-6.
  • Weise et Bournival ont fort bien paru. Malhotra n'a pris que 2 des 12 mises en zone défensive du CH. Pour ceux qui ne s'en doutaient pas encore, c'est le signe ultime: pour Manny, la fin approche.
  • Markov et Subban ont été outrancièrement dominants. Au cours des 18 minutes jouées par ce tandem, le CH est entré 27 fois en zone ennemie (23 transports, 4 rejets), alors que les Jackets n'ont pu établir une présence en zone du CH que 13 fois (10 transports, 3 rejets).
  • Beaulieu et Gilbert ont parfois eu beaucoup de difficultés, notamment avec Pleks/Galchenyuk/Smith-Pelly. Leurs récentes performances sont encourageantes, mais ils forment un bon deuxième duo, mais sans plus.
  • Daigneault n'avait pas envie de voir Pateryn et Tinordi isolés contre les meilleurs éléments adverses et ces deux joueurs ont par conséquent passé un peu de temps séparé. Soit. Tinordi a depuis été renvoyé à Hamilton et on explique ses déboires par ses "prises de décisions". En un mot: y pense pas vite. Ça m'enrage de lire des choses comme ça. Le gars s'est fait geler 2 fois au mois de décembre en se battant contre des taupins dans la LAH, s'est fait ramasser une autre fois arrivé dans la LNH et, si on remonte jusqu'à sa première saison dans le junior ontarien, le gars a comme qui dirait mangé une couple de volées. Il ne s'ajuste pas à la vitesse de la LNH? Combien de commotions cérébrales un joueur peut-il encaisser entre l'âge de 18 et 22 ans sans que sa fameuse "prise de décisions" ne soit affectée? Ce qui est encore plus stupide dans le cas de Tinordi, c'est qu'il n'a pas d'affaire à se battre. Depuis Enrico Ciccone, à ma connaissance, il n'y a plus de défenseurs qui se battent régulièrement dans la LNH. C'est pourtant simple: avec 6 joueurs de cette position en uniforme, aucune équipe ne peut vraiment se permettre de perdre un joueur pour 5, 7 minutes d'un match. Mais encore: la job d'un défenseur repose notamment sur sa capacité à encaisser des coups, à se faire ramasser dans la bande pour protéger et dégager la rondelle. Par définition, un défenseur est donc surexposé aux commotions. Et on en rajoute en laissant un jeune, prometteur qui plus est, manger des volées contre les taupins adverses? Je ne comprendrai jamais. C'est, au moins, le bon côté du fameux "full-face" qu'on lui fait porter ces jours-ci, ça l'empêche de manger une autre volée.





mercredi 25 février 2015

20899: Montréal 5 St-Louis 2

Le genre de match que Price fait paraître facile. Reste que les Blues n'étaient pas terriblement étanches. Mais la 2e période? Woof... 13 chances pour St-Louis contre 5 pour le CH à forces égales.

Les Blues sont intéressants à regarder aller, forcément. Même sans Shattenkirk, c'est une des puissances de la ligue (mes favoris, avec LA, pour représenter l'ouest en grande finale). Mais bon, hier, c'était pas les plus étanches. Montréal ne colle généralement pas 17 chances à forces égales à une puissance de la LNH.

Au sujet de Sekac et Smith-Pelly: j'ai été intrigué de lire que Sekac décrivait le CH comme une équipe défensive. Ça veut dire que c'est l'image que les joueurs ont de leur équipe? Si c'est le cas, y'en a qui vont faire le saut lorsque Price va (encore) se faire péter un genou par un attaquant adverse chargeant le filet à toute vapeur. M'enfin. Sekac est un joueur intéressant, mais ça n'est pas un grand joueur. Si tant est que Smith-Pelly est, à sa façon, équivalent, on s'en torche.

Non, en fait, c'est une bonne chose d'aller chercher Smith-Pelly s'il est aussi bon que Sekac, mais avec un style qui plait à Therrien. Ça veut dire qu'on va faire jouer les meilleurs joueurs disponibles, au lieu de surtaxer de braves plombiers comme Weise et Prust. Je suppose que dans un monde idéal, Smith-Pelly tasse Malhotra de l'alignement, on ramène Eller au centre et Galchenyuk à gauche.

Mais bon, j'ai appris à ne pas trop prendre mes prédictions au sérieux avec Therrien.

  • C'est quand même un plaisir de revoir Gallagher avec les deux autres. Ça n'est pas une ligne terriblement étanche, mais ils produisent des chances, au moins. Gallagher n'en finissait plus d'empiler les chances, surtout en avantage numérique et enfin ça débloque. Il a marqué hier son 3e but de la saison à 5 contre 4, alors même qu'il approche des 40 chances obtenues dans cette situation. Pacioretty n'a lui que 5 buts en supériorité numérique, mais en 25 chances... M'enfin.
  • Les gens sont bizarres. Oui, Eller est à l'aile, mais il est dans le top-6, il mange des minutes dures avec Pleks et il joue sur le PP. Pas exactement une rétrogradation, lorsqu'on compare au travail ingrat fait sur la 3e depuis le début de la saison. Martin Leclerc souligne à raison que la configuration actuelle de l'alignement comporte un joli trou en forme d'Antoine Vermette. C'est bien vrai, mais si Smith-Pelly, Weise ou Thomas est capable de suivre Pleks et Galchenyuk, on peut très bien s'arranger avec Eller dans le trou en question (lui et Vermette produisent exactement au même rythme à forces égales). Pas besoin de bruler des ressources sur un joueur de location dont on n'a pas besoin.
  • Ce qui change la donne dans le cas de Vermette, c'est un peu l'arrivée de Smith-Pelly (si tant est qu'il est vaguement meilleur ou l'égal de Weise et qu'on le fait jouer), mais aussi beaucoup l'émergence de De La Rose. On peut chipoter sur les détails (son trio se fait souvent visser à forces égales), mais il tient le coup, bien mieux que Manny.
  • Malhotra semble présentement avoir un regain de vie, mais c'est tout entièrement le fait de Bournival et, surtout, Christian Thomas. Celui-là va peut-être perdre son poste lorsque Parenteau et Smith-Pelly seront dans l'alignement, mais il a les dents longues et il va finir par manger le lunch de quelqu'un.
  • Subban recommence tranquillement à patiner sur son deuxième pied, et son tandem tient présentement le coup à forces égales. Mine de rien, une fois remis, ces deux-là vont recommencer à avoir l'avantage systématiquement.
  • Ça compte, parce que, de blessure en blessure, le destin a finalement forcé Therrien à donner la deuxième paire à Beaulieu et Gilbert. On va dire à gauche et à droite (surtout ceux qui se font susurrer à l'oreille par les relations publiques du CH) que c'est parce que leur jeu s'est amélioré, on va donner au tout l'air d'un processus organique... Michel et Jean-Jacques, les coachs patients qui plantent des graines et font pousser des défenseurs... Mais c'est un peu n'importe quoi. Sans les blessures, on serait encore à regarder Gilbert et Beaulieu, chacun de leur côté se tirer partout, l'oeil fou, pour compenser l'immobilisme de leur partenaire. Au lieu de ça, on a une deuxième paire un peu limite contre les gros canons comme St-Louis, mais une fois Subban revenu en santé, ça va largement suffire. Tiens donc.
  • Tinordi et Pateryn font sagement leurs classes contre les fonds d'alignements. Ça allait bien contre la 4e, mais lorsque le trio de Stastny se pointait le bout du nez (Hitchcock est un fana de la gestion des confrontations), le feu pognait assez vite.





dimanche 8 février 2015

20791: Montréal 3 Boston 1

Michel Therrien râlait, la semaine dernière, au sujet des charges sur Carey Price. C'est pourtant simple: si tu contrôles le flux du jeu en zone neutre, l'adversaire ne peut que domper la rondelle en fond de zone, entrer en possession le long des bandes, ou encore par des jeux croisés à la ligne bleue. Dans les trois cas, pas moyen de foncer pleins gaz sur le gardien.

Tu veux protéger ton gardien? Oublie les défenseurs de 6 pieds 6 et 250 livres, et contrôle le centre de la zone neutre.

C'est ce que le CH a fait contre Boston. Ça n'était pas parfait et parce que les Bruins sont encore et toujours Les Bruins, ça a par moments senti le roussi. Un jour, Patrice Bergeron va vieillir. Ce jour-là, on va avoir tout le loisir de rire de Boston (quand même, un gros merci à Chiarelli d'avoir gardé Krejci et échangé Seguin) mais pour l'instant... Et puis, je dis ça, mais d'où il sort, Pastrnak?

Anyways...

Le CH a eu des absences, disais-je, au cours desquelles les Bruins ont mis la pression. Mais globalement, on a ce soir joué un peu l'inverse du jeu d'hier contre les Devils. Hormis Pacioretty (qui tirait pas mal de n'importe où), les autres attaquants du CH se sont appliqués à contrôler encore et encore la rondelle le long des bandes, utilisant sans cesse cet espèce de "cycling" au long cours qui implique les défenseurs. On a ainsi vu les trois principaux trios se relayer pour embouteiller les Bruins dans leur territoire, faire du temps et attendre les erreurs et les bonds favorables. Elles sont plus ou moins venues: le but de Weise est un tic-tac-toe sur un rejet en fond de zone, celui de Pacioretty le résultat d'un splendide bloc de Weise. Autrement, les Bruins ne sont pas les Devils, ils n'ont pas cassé.

Arpon Basu et Marc-Antoine Godin soulignaient sur Twitter que Weise, justement, n'aime pas beaucoup ces nouvelles statistiques qui prennent de plus en plus de place. Si ça peut le consoler, c'est lui qui selon mes décomptes a obtenu le plus de chances de marquer contre Boston, soit 4, en plus de 4 entrées en possession de rondelle. Une belle soirée au bureau.

Son trio, braqué à 85% contre Chara et Bergeron au cours des deux premières périodes (Julien a abandonné le matchup après le 2e but du CH en début de 3e), a réussi à tenir contre eux.

Autre élément à souligner: Gonchar et Beaulieu sont retournés aux tâches de 3e paire. On les a tenus loin des trios de Krejci et Bergeron.

Emelin et Gilbert ont beaucoup vu le trio de Kelly, en plus de faire du temps contre Krejci et Bergeron. Dans les circonstances, d'accorder, réunis, 4 chances de marquer en plus de 20 minutes, c'est fort honorable. Si ces deux-là peuvent se stabiliser dans ce genre de rôle, Therrien va bien, de bonheur, s'embarrer 20 minutes dans son bureau pour brailler comme un veau.






samedi 7 février 2015

20778: Montréal 6 New Jersey 2

Les Devils font plutôt pitié à voir. Le CH n'a pas toujours menacé, restant longtemps en zone offensive, mais sans réussir à percer l'enclave. Ben, pendant les deux premières périodes. En 3e, les Devils ont cassé, laissant les rouges dépecer le pauvre Kinkaid.

Bref, Price a bien choisi son match pour avoir l'air à côté de ses pompes. C'est à ça que ça sert, ramasser 65% des tirs tentés: t'exposes pas inutilement ton gardien. Même si les chances ne viennent pas tout de suite de l'autre côté, à l'usure, ça finit par payer.

Si la victoire est agréable, on reste loin du compte. Sitôt que Subban, Markov, Plekanec, Galchenyuk et Gallagher s'éloignaient du jeu, tout ça s'affaissait. Lorsque ces 5 joueurs sont au banc, le club fait +22/-26 aux tirs, +4/-11 aux chances.

Le noeud du problème est en partie structurel et apparaît gros comme le bras dans les tableaux ci-dessous, du moins pour ceux qui savent les lire: on ne fait pas confiance à Beaulieu et Emelin contre les meilleurs éléments adverses et on s'appuie comme on peut sur Beaulieu et Gonchar, qui ne suffisent pas vraiment à la tâche. Ça devait être le job de Gilbert, seulement voilà, on considère qu'il ne la fait pas.

Mais il y a aussi une part de conjoncture. On arrive à la date limite des échanges, on donne aux jeunes de Hamilton la chance de faire quelques tours sous le grand chapiteau. Un peu pour voir ce qu'ils ont dans le ventre, mais surtout pour leur montrer ce qui les attend. En fait, seul Christian Thomas est vraiment testé ces jours-ci. Dumont et De La Rose ne font probablement que passer.

Tiens, et Bournival? Je pense que les entraineurs savent ce qu'il peut faire. On va bientôt le revoir prendre de la glace. La question plus importante: qu'est-ce qu'on fait avec Malhotra? Il n'est manifestement plus capable de faire le travail et Dumont, s'il a bien paru, a quand même terminé la soirée +0/-5 aux chances. C'est le tiers des chances concédées aux Devils, ça. Je pense qu'on devrait donner sa chance à Bournival, mais bon, j'ai depuis un moment déjà compris que je ne raisonne pas comme Michel Therrien.

On verra à l'usage. Mais pour l'instant, on a sous les yeux un work in progress. Manque un droitier sur la 2e paire, un 4e centre, un ailier droit sur le top-6. Si Parenteau est capable de revenir (2 commotions en une semaine, c'est peut-être très grave), c'est un trou de bouché. Si on ne veut pas de Bournival au centre, y'en a quelques-uns qui traînent sur le marché (McClement, Chipchura, d'autres aussi, sûrement), mais Malhotra doit sortir de là. Le 2e défenseur droitier? Honnêtement, je me demande comment ils vont s'y prendre. Je pensais peut-être à Michalek (celui de Phoenix, là), mais on ne sait pas s'il est legit ou s'il n'est qu'un produit d'Ekhmann-Larsson. Sinon qui? Franson? Il va coûter une beurrée. Petry à Edmonton? Idem. Zidlicky au New Jersey? Difficile à dire. Très curieux de voir comment Bergevin va réagir.







jeudi 15 janvier 2015

20640: Montréal 3 Colombus 2

Tout ça, c'est la faute à Bobrovski. S'il ne tire pas une game de malade mental, le CH se serait replié sur son avance quelque part en deuxième.

À forces égales, la domination territoriale du CH était totale. Quand on n'accorde que 9 mises en zone défensive en 50 minutes de jeu, dont 2 dégagements refusés, ça veut dire que Price n'a jamais, ou presque, eu à geler la rondelle. Impressionnant.

  • Le jeu de puissance a fini par embrayer lorsque Therrien a arrêté de se compliquer la vie et a convenu d'y envoyer Plekanec avec Pacioretty et Gallagher en première vague. Les trois meilleurs attaquants du CH, réunis (ENFIN, CIBOLE!) contre une équipe décimée, étaient donc surveillés par Jack Johnson et David Savard à la défense, Brandon Dubinsky et un peu Ryan Johansen en avant. Çe fut, pour dire les choses bien simplement, une hécatombe. À forces égales, 4 chances pour Pacioretty et Gallagher, 5 pour Plekanec. En avantage? 2 Plekanec et Pacioretty, une pour Gallagher. Réunis, c'est +10/-1 aux chances à forces égales. Encore un peu, pour le dessert? 20 entrées de zone en présence de ce trio, 11 en contrôle de rondelle (7 pour Gallagher à lui seul), 9 en dompant la rondelle en fond de zone. Je tiens à souligner que lorsque la rondelle est rejetée en fond de zone, je ne compte une entrée de zone que si l'équipe réussit à toucher significativement la rondelle ou encore pourchasser l'adversaire en échec avant pour au moins 6-7 secondes. Le Canadien a réussi 16 de ces entrées au total, c'est donc dire que ces trois-là étaient les seuls à rejoindre systématiquement la rondelle en fond de zone. Contre le meilleur tandem adverse. Ah oui, contre eux, les Jackets n'ont pu franchir la ligne bleue du CH en possession qu'à 3 reprises. Do-mi-nants. Reste à voir si ça durera. Mais hier, c'était spectaculaire. J'avais depuis longtemps fait mon deuil de voir Therrien réunir Pacioretty et Plekanec avec le meilleur ailier droit du club. Ça nous tombe dessus, comme ça, en janvier. À pareille date l'an dernier, Therrien s'échinait à bencher Subban (quitte à perdre des matchs), sinon à le faire jouer avec Douglas Murray. Je ne sais pas ce qui amène ce changement d'orientation, mais y'étais temps, cibole.
  • Pierre et Marc étaient un peu déçus du manque d'attaque produite par le trio d'Eller. Je veux bien. Mais ils ont passé plus de la moitié de leur match contre Ryan Johansen et ne l'ont pas laissé coller ne serait ce qu'une chance à forces égales. Si Eller, Weise et Desharnais sont capables de tenir comme ça contre les bons centres de la LNH (c'est Plekanec, Pacioretty et Gallagher qui vont ramasser les Crosby et Kopitar de ce monde, ne vous en faites pas), ça fait un top-6 qui donne beaucoup de marge au CH.
  • Galchenyuk était complètement gelé en début de match. Les choses se sont placées un peu lorsque Sekac et Bournival se sont retrouvés à ses côtés. Ces deux-là sont encore perdus en zone défensive s'ils ne sont pas avec Eller, mais les aptitudes sont là, ça va finir par venir. Si ce trio peut trouver le tour de ne pas s'embourber dans sa zone, c'est une formidable unité d'échec avant que tient Therrien.
  • Prust et Parenteau ont graduellement perdu du temps de glace, ont fini par se retrouver aux côtés de Malhotra. Ce dernier n'a même pas joué 8 minutes. On parle d'un trio de bouche-trou, donc, et ils n'ont rien échappé. C'est en masse pour l'instant.
  • Je me demande si on cherchait à pousser précisément un duo contre un trio adverse. Gonchar et Beaulieu ont beaucoup vu Johansen, ce qui me semble assez remarquable, si tant est que ce soit ce qu'on voulait. Il est bien révolu, le temps où on ne laissait pas Beaulieu prendre plus de 12 minutes par match. Les résultats y sont, faut le dire.





vendredi 2 janvier 2015

20559: Montréal 4 New Jersey 2

Ok, on fait ça vite. C'était un peu à l'ancienne, avec Sweet Lou Lamoriello qui jouait les confrontations de trios. Pas toujours facile à gérer.
  • Galchenyuk poursuit son apprentissage. J'attends avec impatience qu'on se mette à le laisser prendre les mises en zone défensive de son trio. Ça va attendre encore un peu, mais les quelques fois où il y est contraint, il me semble très à l'aise. 3 trios qui n'ont pas besoin de protection territoriale, imaginez... Semble qu'on a enfin réalisé que le job de Pacioretty sur le PP, c'est d'attaquer la boîte du flanc ou du haut de l'enclave, et non de distribuer la rondelle à partir du coin. Alléluia.
  • Globalement, Pleks a eu quelques misères contre le trio de Henrique. Desharnais semblait par contre beaucoup plus à l'aise à son poste d'ailier et Parenteau, avant de se faire assommer, commençait à savoir s'offrir en cible dans l'enclave lorsque Pleks et DD commençaient à s'échanger la rondelle le long de la bande. Si PAP est hors circuit pour un moment (l'avait les yeux croches...), ça ouvre la porte à un jeune.
  • Le trio d'Eller est présentement le plus constant. S'il n'a pas le potentiel offensif des deux premiers, c'est aussi un groupe d'attaquant qui ne commet pour ainsi dire pas de cassures défensives. On peut leur faire manger beaucoup de minutes à forces égales.
  • Belle soirée sur la feuille de pointage pour Bournival et les siens, mais sur le détail, Lamoriello leur envoyait Jagr dès que possible et les petiots paniquaient instantanément. Un work in progress, encore une fois. L'idée, c'est de rester patient. Deux buts, dont un totalement chanceux, c'est bon pour une chose bien précise: ça donne du temps de glace à Bournival et ses sbires. Malhotra va se pointer si PAP est blessé pour boucher le trou, mais autrement, m'est avis que comme Allen et Weaver, on ne le reverra pas beaucoup. Tel est parfois le triste sort des vétérans qu'on engage pour s'assurer que les jeunes ne montent que lorsqu'ils sont prêts à voler le job d'un joueur qui connaît le tabac.
  • Parfois diffus pour Subban et Markov, mais que voulez-vous qu'on y fasse...
  • Beaulieu avance à pas de géants sur un point précis: il prend de plus en plus le contrôle de son mur. J'entends par là la portion de bande qui par du haut des cercles jusqu'à l'arrière du filet. Lorsque l'adversaire se pointe, ce morceau-là, c'est à lui de le défendre. Et de plus en plus, on le voit y récupérer des rondelles et les remettre à un joueur prêt à la recevoir. Ça semble simple, mais ça ne l'est pas. La vitesse d'exécution qu'il démontre dans ces situations est encourageante. Mais plus encore, c'est de voir son style propre émerger, un peu semblable à celui de Markov en ce qu'il se fie en premier lieu à son bâton et non à des mises en échec, méthode plus traditionnelle, notamment pour les défenseurs plus patauds.
  • Parlant de pataud... Emelin a eu l'air d'une andouille sur les deux buts des Devils (mettons que Jagr n'était pas trop emmerdé par sa couverture sur le but de Cammalleri) et sur le deuxième, Gilbert avait la tête dans le cul. C'est dommage, parce que sur le gros de l'ouvrage, ils se sont tenus debout.









20541: Montréal 2 (F) Floride 1

Va falloir trouver le moyen de ne pas laisser l'adversaire prendre 10 chances par périodes lorsqu'on prend les devants. Price est excellent, mais un moment donné, on vire à court de miracles.

Le but égalisateur était fascinant. Un de toute beauté de la part d'Ekblad et Bjugstad, qui n'ont pas fini de nous faire sacrer.



Semble que sur ce coup, ça a chialé contre Desharnais sur Twitter. C'est absurde. Scusez-le, mais lui et Markov sont les deux seuls à ne pas se faire ferrer comme des truites sur le jeu. En fait, ils couvrent complètement Ekblad et le coincent le long de la bande. Ce dernier n'a semble-t-il pas le choix de lancer le long de la rampe en espérant que Hayes ou Bjugstad ramassent la rondelle de l'autre côté.

C'est ce que lisent Plekanec et Weise, qui interrompent leur repli et attendent de voir comment la rondelle va être récupérée, une fois qu'Ekblad l'aura lancée. C'est aussi ce que lit Subban. Seulement voilà, Ekblad se fend d'une feinte splendide: il prend son élan et à la dernière fraction de seconde retient la rondelle et la passe vers le centre, juuuuuuste sous bâton de Markov. Subban s'était lancé dans le coin sur l'élan, le centre s'ouvre, Bjugstad lit tout ça, Tokarski se met à genoux un peu tôt, merci, bonsoir.

La clé, ici, c'est Ekblad, qui réussit à faire mordre non seulement Subban (Marc Denis l'a bien noté lors de la diffusion à RDS), mais aussi Plekanec et Weise, qui laissent tous les deux partir Bjugstad. Un jeu remarquable.
  • Les Panthers n'ont pas fini d'être fatigants. Ekblad, oui, qui fait déjà fort bien à 18 ans aux côtés de l'increvable Campbell, mais surtout un one-two punch d'enfer au centre en Bjugstad et Barkov. Derrière eux, on utilise présentement un 3e trio défensif de vétérans, Boyes, Bolland et Jokinen. Ces trois-là ont eu le dessus sur Galchenyuk aux chances. C'est le genre de duels que Galchenyuk devra éventuellement commencer à gagner. Lorsqu'il y arrivera, il forcera les équipes comme les Panthers à lui opposer Barkov ou Bjugstad et ainsi à sacrifier de l'offensive. Mais on n'y est pas encore.
  • En attendant, Pleks, Desharnais et Parenteau se sont fait ouvrir comme des gorets par Barkov, notamment lorsque jumelés à Emelin et Gilbert. Desharnais est présentement effroyablement inapte le long de son mur défensif. Ça devrait se tasser, mais pour l'instant, c'est sordide. Absent Malhotra, on a donné un tas de mises en zone défensive à ce trio parce qu'il est piloté par Plekanec. Ça n'était pas optimal, mettons.
  • Heureuse réunion que celle de Prust, Eller et Sekac, qui ont tenu Bjugstad et Barkov en échec.
  • Malhotra sort enfin de l'alignement. Avec Pleks et Eller, je l'ai chanté sur quelques tons depuis un certain temps, il est inutile et Bournival (une chance de marquer, deux entrées de zone) est un meilleur joueur dans le rôle qui est désormais celui de la 4e ligne. Le placer au centre de Weise et Andrighetto pour faire quelques présences en zone offensive est une très bonne idée. Reste à donner à Plekanec les ressources pour s'acquitter de sa tâche. Ça, ou bedon donner le gros du job défensif à Eller, Sekac et Prust.
  • Subban est un défenseur ultra-agressif, c'est sa force. Ça lui a nui sur le but de Bjugstad, mais bon, on vit avec sans prendre une ride ou un cheveu blanc.
  • Gonchar et Beaulieu ont encore abattu un très beau boulot, principalement contre Barkov. On a enfin une deuxième paire? Je reste prudent, mais le gros finlandais n'est pas un client commode.
  • Gilbert et Emelin ont souffert mille morts contre Barkov. C'est bien emmerdant. Emelin et Weaver ont parfois bien paru lorsque réunis, on va donc peut-être y revenir dans les prochains jours. Je préfèrerais voir Tinordi et Gilbert, mais avec Allen qui se pogne le beigne dans les estrades, on ne risque pas de le voir de sitôt. Et puis, bon, ça impliquerait de laisser Emelin de côté. On n'en est pas encore là, mais va falloir commencer à y penser.